Politique

Pancarte du Bloc arrachée et bénévoles insultés dans Ahuntsic-Cartierville

Un homme a intimidé des bénévoles qui s’attelaient à poser des pancartes électorales de la candidate du Bloc québécois Anna Simonyan dans la circonscription d’Ahuntsic-Cartierville. L’incident s’est produit sur la rue Lajeunesse, à 22h mercredi.

Dans des vidéos obtenues par Métro, on peut voir l’individu retirer la pancarte, «I don’t want this shit here» (NDLR: Je ne veux pas de cette merde ici). L’homme aurait continué à crier un peu, puis traverser la rue, en lançant finalement la pancarte au sol.

Les quatre bénévoles sur place étaient d’origine Arménienne, Russe, Ukrainienne et Georgienne. Ils allèguent que l’individu se serait emporté lorsqu’il aurait entendu leurs accents.

«Ils ont eu peur, c’est une expérience assez traumatisante quand même», partage Mme Simonyan.

Les bénévoles impliqués se portent bien, selon Mme Simonyan. Ils ont accepté de retourner sur le terrain dans l’éventualité où d’autres affiches seraient à installer.  

«Je comprends que des personnes pensent différemment, mais on ne peut pas accepter ce type d’agression dans notre démocratie. C’est normal que je n’aurais pas le vote, la sympathie de tout le monde, mais ce ton d’agression en campagne, ça n’a rien d’acceptable», s’insurge la candidate d’origine arménienne. 

Sensibilisation demandée 

Mardi, les députés libéraux de confession juive Rachel Bendayan, de Outremont, et Anthony Housefather de Mont-Royal, ont fait l’objet d’une attaque raciste. Des croix gammées ont été dessinées sur les affiches électorales. 

«Quelle que soit l’allégeance politique ou les opinions, les messages violents, racistes et haineux n’ont pas leur place», a commentée Mme Bendayan sur Twitter.

Au cours des dernières années, nombreuses affiches électorales se retrouvent vandalisées, ou simplement retirés. Dans ce contexte, Élections Canada se doit de mener une campagne de sensibilisation pour prévenir ce type d’incident, et surtout, rappeler au électeur l’importance du respect dans la démocratie, estime Mme Simonyan. 

«Tout le monde doit avoir le droit de s’exprimer en toute sécurité . C’est ça le message qui doit être renforcé. Je comprend qu’un anglophone n’aime pas voir le visage d’une indépendantiste, mais personne n’a le droit aux menaces dans notre société», conclut-elle. 

Articles récents du même sujet