Politique

Alliance entre Catherine Fournier et Bruno Marchand à TLMEP

Le maire de Québec, Bruno Marchand, et la mairesse de Longueuil, Catherine Fournier, à l'émission Tout le monde en parle. Photo: Capture d'écran

Le maire de Québec, Bruno Marchand, et la mairesse de Longueuil, Catherine Fournier, s’accordent pour dire que les villes ont un rôle important à jouer dans la société. Les deux élus étaient à l’émission Tout le monde en parle (TLMEP), dimanche.

Les villes, en s’alliant, peuvent faire avancer des dossiers qui touchent chaque citoyen, explique la nouvelle élue de Longueuil, Mme Fournier. «On doit s’entraider entre villes pour bâtir des rapports de force avec les autres paliers de gouvernements, notamment sur le dossier de l’habitation. On sait qu’il y a une crise du logement sur le marché locatif. Il y a une surchauffe sur le marché immobilier.»

La nouvelle élue de la cinquième ville du Québec a l’intention de créer un sommet panquébécois sur le leadership des villes et a invité, directement sur le plateau de Tout le monde en parle, son homologue de Québec. «On y sera», a-t-il répondu.

La politique municipale boudée?

Le taux de participation lors des dernières élections municipales était assez bas: 45% pour Québec et 34% pour Longueuil. Catherine Fournier a dit s’engager en politique municipale pour se rapprocher encore plus de ses électeurs. Elle était découragée de l’ambiance tumultueuse qui régnait dans le conseil de Ville de Longueuil.

«La politique municipale, c’est cette relation de proximité avec les gens. C’est le palier le plus près des citoyens, c’est pourquoi j’ai fait ce saut», soutient-elle. Comme première mesure, elle s’est engagée à baisser le salaire actuel du poste de mairesse de 65 000 $. La mairesse sortante, Sylvie Parent, touchait des émoluments de près de 250 000 $, ce qui en faisait la mairesse la mieux payée au Québec.

De son côté, le nouveau maire de Québec a soulevé certains aspects moins connus de la politique municipale. «La politique municipale, ce n’est pas juste les services de proximité. C’est aussi l’itinérance, le communautaire, l’économie, l’innovation. C’est les parcs, les boisés, l’environnement. C’est à nous de faire un meilleur travail. Il faut que les gens réalisent que c’est important.»

Besoin d’être convaincu sur le troisième lien

En ce qui concerne le «troisième lien» entre Québec et la Rive-Sud, Bruno Marchand a expliqué avoir une «position nuancée, mais claire». Il a «besoin d’être convaincu par Québec», dit-il.

«Le gouvernement veut créer un tunnel, nous on lui demande de démontrer la pertinence. C’est quoi l’effet environnemental, l’effet sur l’étalement urbain? Si on prend des gens de Québec pour qu’ils s’en aillent habiter sur des terres agricoles à Bellechasse, qu’on éloigne l’agriculture, qu’on fasse en sorte qu’on vide Québec de ses citoyens, on va être contre.»

Le projet de tramway, lui, devra se faire dans les délais et avec la consultation de la population, précise Bruno Marchand. «Il faut que le projet avance, on en a besoin. On est la seule grande ville au Canada sans un réseau structurant. Les citoyens se sont sentis un peu loin de ce projet-là, il faut qu’on les implique, mais ça ne veut pas dire faire un référendum.»

L’élection de Mme Fournier, députée de la circonscription de Marie-Victorin, à la mairie de Longueuil laisse vacant un poste à l’Assemblée nationale. Le premier ministre du Québec, François Legault, a indiqué vouloir déclencher des élections partielles après Noël.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet