Culture

La renaissance de Bloc Party

AUSTIN, TX - MARCH 19: Bloc Party attends the PANDORA Discovery Den SXSW on March 19, 2016 in Austin, Texas. (Photo by Rachel Murray/Getty Images for Pandora) Photo: Getty Images

Le guitariste de Bloc Party, Russell Lissack, discute avec Métro du nouveau matériel et de la tournée du groupe, qui sera à Osheaga vendredi soir.

Le toujours polyvalent groupe d’indie rock Bloc Party nous est revenu à la fin de janvier avec un effervescent cinquième album, Hymns. Au chanteur Kele Okereke et au guitariste Russell Lissack s’ajoutent deux nouveaux membres, Louise Bartle à la batterie et Justin Harris à la basse. Ceux-ci remplacent Matt Tong et Gordon Moakes, qui ont respectivement quitté le groupe en 2013 et en 2015. Métro a parlé à Lissack à Austin, au Texas, alors que Bloc Party jouait à SXSW avant de partir en tournée mondiale, dans le cadre de laquelle il s’arrête au parc Jean-Drapeau, à Montréal.

L’arrivée de Louise et de Jus­tin a provoqué des réactions mitigées chez le public. Comment avez-vous vécu cela?
Personnellement, je n’ai pas tendance à passer beaucoup de temps sur le web à lire les commentaires des gens. Quand on est musicien, c’est une très mauvaise habitude à avoir. Je m’intéresse davantage aux réactions des gens qui viennent nous parler après les spectacles, et elles ont été positives depuis le premier jour avec Justin et Louise. Les gens semblent les adopter sur-le-champ. D’ailleurs, un des commentaires que j’entends le plus souvent, c’est celui-ci : «Vous avez l’air d’avoir beaucoup de plaisir ensemble sur scène. Vous avez l’air heureux.» Ce n’est pas que nous n’étions pas heureux auparavant, mais ce que je constate, c’est qu’une énergie positive se dégage de nous et rejoint les gens. C’est le plus beau compliment qu’on puisse nous faire.

«Un des commentaires que j’entends le plus souvent, c’est celui-ci : ‘‘Vous avez l’air d’avoir beaucoup de plaisir ensemble sur scène. Vous avez l’air heureux.’’ Ce n’est pas que nous n’étions pas heureux auparavant, mais ce que je constate, c’est qu’une énergie positive se dégage de nous et rejoint les gens. C’est le plus beau compliment qu’on puisse nous faire.» – Russell Lissack, guitariste de Bloc Party

Il y a beaucoup à dire sur l’idée de «renaissance» du groupe avec les nouveaux membres et le dernier album. Le voyez-vous comme ça vous aussi?
Au cours des derniers mois, plusieurs petites choses se sont produites qui nous ont donné l’impression de vivre une renaissance, en effet. Donner plusieurs petits concerts au cours de la semaine à SXSW, c’était quelque chose qu’on n’avait pas fait depuis 2005, quand nous avons sorti le premier album. On dirait qu’on a fait un tour complet et qu’on revit des trucs pour la première fois de nouveau.

Avez-vous fait subir une initiation aux nouveaux membres?
Un peu, dans le cas de Louise. Elle est la plus jeune d’entre nous – elle a 21 ans – et c’est sa première tournée, alors que nous avons déjà visité tous ces pays à plusieurs reprises de notre côté puisque nous faisons ce métier depuis quelques années. Elle est toujours curieuse et pose une tonne de questions, et on lui donne des réponses approximatives pour la faire marcher un peu. Mais bon, ce n’est rien de méchant!

Est-ce que ç’a tout de suite cliqué entre vous?
La dynamique est bonne depuis le premier jour. Nous connaissions déjà Justin grâce à son groupe de Portland, Menomena, et il avait tourné avec nous auparavant. Depuis qu’il est venu nous retrouver à Londres l’an dernier, nous nous entendons franchement bien. C’est la même chose avec Louise. Elle et moi passons beaucoup de temps ensemble.

Puisqu’elle a 21 ans, Louise est-elle une source d’énergie et de vision pour vous?
Certainement, et c’est un aspect positif de ce que je disais tantôt : elle expérimente beaucoup de trucs pour la première fois. C’est quelque chose de chouette à avoir quand on est en tournée avec les même gens et la même équipe tout le temps, quand tout le monde a déjà visité ces endroits et donné des spectacles plein de fois auparavant. Une personne comme Louise, qui est excitée à l’idée de visiter ces villes et qui aime sortir et voir des choses, ravive notre passion. Par exemple, nous étions à Paris et nous avions quelques heures de libres avant un concert, un moment durant lequel tout le monde est généralement assis à grignoter en tripotant son téléphone, Louise a voulu aller voir la tour Eiffel. Je me suis donc levé et suis allé faire tous ces trucs de touriste avec elle. Je n’avais pas fait ça depuis des années et ça m’a donné une énergie particulière.

Block Party sera au parc Jean-Drapeau sur la scène verte, vendredi soir à 18 h 25.

Articles récents du même sujet