Culture

Erykah Badu se rachète grâce à son charme

Marc-André Lemieux, Métro

Qui peut faire la différence entre un parc et un quai? Tout le monde exceptée Erykah Badu. La diva de la soul est arrivée avec deux heures de retard hier soir au Quai Jacques-Cartier, parce qu’elle croyait que son spectacle avait lieu au Parc Jacques-Cartier… à Sherbrooke.

Heureusement que la formation hip-hop américaine The Roots était là pour divertir la foule pendant que la chanteuse filait à vive allure sur l’autoroute des Cantons-de-l’Est. C’est donc après le coucher du soleil que la star a pointé le bout de son turban, donnant ainsi le coup d’envoi d’une série de concerts extérieurs qui se tiendront au Vieux-Port de Montréal cet été.

Entourée de six musiciens et quatre choristes, avec qui elle s’adonnait à des sympathiques chorégraphies de style Motown, l’étoile a trouvé une façon de briller, en grande en partie grâce au titres  de son excellent nouvel album, New Amerykah : 4th Word War. C’est aussi par son indéniable charisme qu’elle a su se racheter auprès du public.  Avec chaque nouvelle chanson, elle transportait la foule dans un monde singulier : le sien.

Car Erykah Badu possède cette rare qualité de composer des pièces forts originales, mais qui restent néanmoins diablement accrocheuses.

Articles récents du même sujet