Culture

Métro au 7e ciel: les choix de Geneviève pour 2009

 

1

Les filles de La galère

Depuis que La galère a pris fin il y a quelques semaines, nos lundis ne sont plus les mêmes! On avait adoré la première saison des aventures rocambolesques de Claude, Mimi, Stéphanie et Isabelle. On avait même prié pour qu’il y ait une deuxième saison, et nos vÅ“ux avaient été exaucés. Et quelle deuxième saison! Encore meilleure que la première, elle nous a fait rire – qui peut ne pas s’esclaffer devant les répliques assassines de Claude? Mais La galère 2.0 nous a aussi fait pleurer – pensons au mal de vivre de Fred. Bien écrit par Renée-Claude Brazeau, interprété par les excellentes Anne Casabonne, Brigitte Lafleur, Hélène Florent et Geneviève Rochette, et réalisé avec soin par Alexis Durand-Brault et Sophie Lorain, ce portrait fidèle des femmes modernes a vraiment sa place dans notre télévision.

2

L’énigme du retour de Dany Laferrière

L’année 2009 aura été celle de la consécration pour Dany Laferrière. Son roman L’énigme du retour a reçu le Prix Médicis et a été finaliste au Prix Fémina, sans compter tous les autres honneurs qu’il a reçus. Même s’il n’avait pas été récompensé, L’énigme du retour aurait eu sa place au palmarès. C’est que l’auteur y déploie un magnifique style écrit en vers libres, un style cinématographique où chaque paragraphe est comme un plan faisant partir d’un chef-d’Å“uvre. Dans cet ouvrage autobiographique, le Montréalais d’adoption retourne dans son pays natal, Haïti, et nous en fait découvrir toutes les beautés et toutes les réalités. Chaque fois qu’on ouvre L’énigme du retour, on sent la chaleur du soleil des Caraïbes, la frénésie de Port-au-Prince l’odeur d’une mangue fraîche qu’on vient de couper. Avec ce nouveau récit, Dany Laferrière est au sommet de son art!  

3

Le Festival Osheaga

Certes, les Beastie Boys ont manqué à l’appel cet été à Osheaga, mais cela n’a pas empêché l’événement musical d’être une vraie réussite. Ceux qui y étaient le samedi se souviendront que la journée était splendide : 30oC, aucun nuage. Peut-être la plus belle journée de l’été! On se rappellera avoir vu l’énergique formation La Roux sur la scène MEG, mais aussi la Suédoise Lykke Li, qui nous a agréablement surpris avec une présence des plus envoûtantes. Le spectacle de Coldplay restera également gravé dans notre mémoire, avec les feux d’artifice en toile de fond et une apparition-surprise de Chris Martin et de sa bande sur une petite scène dans la foule. Le lendemain, c’était la flotte, mais on n’en avait que faire. On a dansé pieds nus dans la boue au son des beats de Tiga et on s’est laissé séduire par l’énigmatique chanteuse des Yeah Yeah Yeahs. Osheaga 2009 : j’y étais!

4

 

Charlotte Gainsbourg sur pellicule et sur disque
Quiconque a vu Antichrist de Lars von Trier cette année en est resté marqué. Certes, les scènes de violence physique ont fait jaser, et on s’en serait parfois passé, mais force est d’admettre que ce long métrage a permis au talent de Charlotte Gainsbourg d’être exploité à fond. L’actrice française est touchante, troublante et fascinante dans le rôle d’une mère de famille dont le fils meurt et qui sombre peu à peu dans la folie aux côtés de son mari, interprété par Willem Dafoe. Charlotte a été récompensée pour sa prestation au Festival de Cannes, et elle le mérite vraiment! Au début du mois, l’artiste de l’Hexagone nous a aussi séduits avec sa petite voix sur son nouvel album, IRM, réalisé par nul autre que Beck. Soulignons que celui-ci a fait de l’excellent travail. Il donne tous les outils à la chanteuse pour qu’elle brille. Bref, une belle année bien remplie pour l’actrice et la chanteuse!

5

(500) Days of Summer

Avec (500) Days of Summer, le réalisateur Marc Webb a apporté un vent de fraîcheur dans l’univers souvent beaucoup trop sirupeux des comédies romantiques. À l’aide d’un processus ingénieux de montage qui fait constamment voyager le spectateur dans le temps, le cinéaste a réussi à construire une histoire d’amour hors normes entre les deux personnages campés avec brio par Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel. De plus, on nous a  enfin montré au grand écran le pendant masculin de l’histoire, et ce qu’on y a découvert nous a plu : un jeune homme sensible qui tente de s’orienter dans les méandres de l’amour. Notre souhait pour 2010? Beaucoup plus de films avec des intrigues amoureuses. Qu’on ne nous prenne pas pour des demeurés!

6

Les premières amours au cinéma
Qui ne se souvient pas de son premier amour de jeunesse? Ricardo Trogi, lui, s’en rappelle, et il nous l’a raconté d’une manière fort sympathique dans son film 1981. Jean-Carl Boucher y joue – avec une aisance remarquable – le petit Ricardo, qui ment la plupart du temps pour cacher son milieu familial moins aisé que celui de ses nouveaux camarades de classe. Un film qui sent bon la nostalgie, tout comme le rigolo Les beaux gosses du Français Riad Sat­touf qui met en vedette deux ados boutonneux prêts à tout pour embrasser une fille! Ici comme ailleurs, la préadolescen­ce et l’adolescence ne cessent d’inspirer les cinéastes. Nous, on ne se lasse pas de replonger dans cette période cruciale de la vie!

7

L’abondance des bons documentaires en 2009
L’année 2009 a vu le documentaire prendre davantage de place sur nos écrans, et c’est tant mieux! Les rencontres internationales du documentaire de Montréal ont d’ailleurs enregistré un record d’assistance avec 28 000 visiteurs, une hausse de 20 % par rapport à l’année précédente. Suivant une tendance qui prend de l’ampleur depuis quelques temps, 2009 nous aura donné son lot d’excellents documentaires. Parmi ceux-ci, notons des films-chocs comme Food inc., qui dénonçe les transformations des aliments dans nos assiettes, H2Oil, qui lève le voile sur les dangers des sables bitumineux, ou Sous la cagoule qui porte sur la torture un peu partout sur le globe. Plusieurs documentaires d’ici auront quant à eux brossé différents portraits. Le magicien de Kaboul nous a présenté le rêve fou d’un Japo­nais en Afghanistan. L’art en action nous aura fait découvrir le quotidien des fondateurs de l’ATSA. La dérive douce d’un enfant de Petit-Goâve nous aura exposé un des auteurs-vedettes des 12 derniers mois, Dany Lafèrrière. Les dames en bleu aura mis en images l’amour que portent les fans de Michel Louvain à leur idole. Notre coup de cÅ“ur : RIP : A Remix Mani­­festo, qui porte sur la transformation des droits d’auteur de la musique avec l’arrivée du web, du remix et des mash-up.

Cette année, Geneviève s’est désolée pour…

La surmédiatisation de la mort de Michael Jackson
Comme plusieurs personnes, le 25 juin, nous avons été peinés d’apprendre la mort de Michel Jackson, mais nous avons été davantage outrés par la surmédiatisation du décès du roi de la pop.

Alors que ces dernières années, le chanteur était tombé dans l’oubli et faisait les manchettes pour ses problèmes financiers après les avoir faits pour son procès pour agression sexuelle, les médias se sont mis à apprêter Michael à toutes les sauces alors que son cadavre était encore chaud. Ils sont allés interviewer les membres de sa famille, son entourage. Même les imitateurs de Jackson ont connu leur moment de gloire. Ceci sans compter ses funérailles, qui ont pris des allures de specta­cle à grand déploiement.

Les studios hollywoodiens ont aussi flairé la bonne affaire et, en quelques mois, ont réalisé This Is It, un documentaire sur les répétitions de la tournée que la star déchue préparait. Et depuis le début du mois de décembre, les frères Jackson ont leur  propre téléréalité. Est-ce nécessaire? Tout cela a senti et continue de sentir la récupération, le manque de respect et l’appât du gain… Ouache!

Qu’est-ce qui vous envoie au 7e ciel?
Partagez un coup de cœur en laissant un commentaire au bas de cet article
et votre commentaire pourrait se retrouver dans le journal!
Pas inscrit? Cliquez sur «Se connecter pour commenter».

Articles récents du même sujet