Culture

Métro 7e ciel: cette semaine on craque pour…

Home Dépôt, qui met notamment en vedette Alexandre Vallerand/Icare, est présenté à Espace libre jusqu'au 9 mars. Photo: Caroline Laberge/Collaboration spéciale Photo:

1. Home Dépôt, un musée du périssable
Home Dépôt, c’est d’abord une salle d’attente, où comme les milliers de Québécois vivant dans un CHLSD, on attend qu’on s’occupe de nous. On ne les appelle pas des patients pour rien… Chaussons aux pieds, on déambule ensuite dans le musée, qui rassemble les petits morceaux d’existence laissés par les résidents de ces centres d’hébergement. Puis, place au spectacle à proprement dit, né de la rencontre entre des auteurs et des patients de CHSLD. Oscillant entre le rire, les pleurs et le malaise, Home Dépôt nous prend au cœur en célébrant la vie passée de ceux et celles qui habitent ces lieux qui ressemblent trop souvent à des mouroirs institutionnalisés. Gros coup de cœur pour la danseuse Claudia Chan Tak, qui vient ajouter une couche supplémentaire de poésie à un spectacle fort chargé en émotions. Benoit Valois-Nadeau

2. Who We Are in the Dark
La chorégraphe canadienne Peggy Baker en met plein la vue et les oreilles dans cette stimulante œuvre collaborative au croisement entre le spectacle de danse, le concert de musique et l’exposition d’art visuel. Captivé, notre regard saute continuellement entre les sept danseurs qui habitent l’espace scénique de leurs mouvements amples et énergiques, les deux musiciens – la violoniste Sarah Neufeld et le batteur Jeremy Gara, tous deux membres d’Arcade Fire –, qui sont parties prenantes de l’œuvre, et les toiles suspendues de John Heward, dont la fonction est bien plus que décorative. Jusqu’à samedi au Théâtre Maisonneuve. Marie-Lise Rousseau

3. Thierry Mugler: Couturissime
Le Musée des beaux-arts de Montréal s’est démarqué partout dans le monde avec son exposition dédiée au couturier français Jean Paul Gaultier. Avec sa plus récente rétrospective, présentée en première mondiale cette semaine, cette fois consacrée à Manfred Thierry Mugler, pas de doute : l’institution montréalaise fera encore une fois forte impression. L’exposition – qualifié «d’opéra» par les principaux intéressés – présente pas moins de 150 tenues réalisées de 1977 à 2014, des accessoires, des archives et même des croquis inédits. La mise en scène «novatrice» offre «une nouvelle vision» du travail du créateur, a-t-il lui-même affirmé. Du 2 mars au 8 septembre. Jessica Dostie

4. La relâche au Musée des Hospitalières
Devenir, le temps d’un atelier, un apothicaire du XVIIe siècle ou un dessinateur de cartes maritimes de la Nouvelle-France. Les activités du musée des Sœurs hospitalières sont décidément à l’image de l’institution: aussi incroyables que méconnues. Attention, ces activités sont essentiellement familiales, et aucun marmot n’est inclus dans le prix d’entrée (6 $). Mais on ne doute pas que vous arriviez à en dénicher un pour profiter de l’occasion. Les samedis et dimanches 2, 3, 9 et 10 mars.
Mathias Marchal

5. The Umbrella Academy
L’apocalypse arrive, et six frères et sœurs dotés de superpouvoirs, qui ont passé leur enfance à se battre contre des criminels, doivent s’arranger pour la prévenir. Sauf que nos «héros», maintenant âgés de 30 ans, se sont éloignés de leur famille dysfonctionnelle et vivent avec leurs propres démons. Hilarante, gore, touchante, jouée avec justesse et accompagnée d’une trame sonore envoûtante, The Umbrella Academy est la série Netflix que vous ne voudrez pas manquer. Et que vous bingerez probablement sans même vous en rendre compte. 
Camille Lopez

6. Répertoire des villes disparues
Une inquiétante étrangeté plane dans la communauté soudée d’Irénée-les-Neiges, village de 215 habitants, après le décès de Simon, un jeune de 21 ans. Drame empreint de mystère, d’un soupçon d’horreur et d’une bonne dose de réalisme magique, ce 11e long métrage du prolifique Denis Côté pose un regard à la fois sensible et inédit sur le deuil, notamment grâce à de magnifiques images impressionnistes dans des tons de gris. En filigrane, la réflexion métaphorique sur le repli sur soi est terriblement pertinente. L’ensemble est porté par une distribution impec, avec à sa tête Diane Lavallée dans le rôle de la mairesse. En salle. Marie-Lise Rousseau

7. Apprenti autiste
Qu’est-ce que l’autisme? C’est la question à laquelle tente de répondre l’humoriste Louis T. dans le documentaire Apprenti autiste, disponible sur le site de Télé-Québec. Il part ainsi à la rencontre d’experts, mais aussi de personne ayant reçu, comme lui, un diagnostic. Il s’ouvre aussi sur son histoire et son dilemme d’avoir ou non un deuxième enfant. Au fil du documentaire, on découvre des personnes attachantes pour qui parler de ce qu’elles ressentent ou aller simplement poster une lettre représente un défi en soi. Leurs différences sont soulignées, mais jamais jugées. Chapeau! Marie-Eve Shaffer

Et on se désole pour…

Le départ du premier employé de Métro
Il y a 18 ans jour pour jour, la première édition de Métro était publiée à Montréal, six ans après son cousin suédois. Aux premières loges de cette naissance: Yves Bédard.

«On m’a appelé un 12 février pour me dire que je commençais le lendemain matin, nous avait raconté le directeur de la distribution lors d’une entrevue pour nos 15 ans. J’ai alors réalisé que j’étais le seul employé. Personne n’avait encore été engagé, je n’avais même pas une feuille et un crayon, encore moins un bureau!» Aujourd’hui, «à l’âge de la maturité» comme il nous l’a souligné, il vit son dernier jour comme employé. Il se dit fier du travail accompli… et on ne peut que l’appuyer!

Yves, ton leadership et ta traversée de la rédac pour sortir t’en griller une vont nous manquer!

Articles récents du même sujet