Culture
15:18 20 avril 2020 | mise à jour le: 20 avril 2020 à 15:18 temps de lecture: 4 minutes

Martin Théberge : Un retour vers ses racines

Martin Théberge : Un retour vers ses racines
Photo: CourtoisieLe chanteur Martin Théberge prépare son retour dans le milieu de la musique.

Originaire de Matane, mais ayant en partie grandi à Saint-Léonard, le chanteur Martin Théberge renoue avec le milieu de la musique, après un long intermède. Un premier extrait de son album est officiellement sorti vendredi.

Disponible depuis maintenant deux semaines, la vidéo de la chanson Tous les cris, les S.O.S. cumule actuellement les vues sur le Web.

« J’avais eu un peu peur de la mettre en ligne, confie le chanteur. On ne sait jamais comment les gens vont y réagir, et on y met tellement d’efforts. »

Considérant son style comme étant à la fois doux et engagé, voulant surtout chanter les injustices, l’interprète espère pouvoir faire découvrir des textes que le public aurait peut-être manqués à travers les années.

« Souvent, les radios vont se concentrer sur un “single”, et laisser les autres morceaux de côté. C’est vers ces oubliés que je me suis tourné. Je suis allé chercher du vieux répertoire, explique Martin Théberge.

Néanmoins, le public semble avoir embarqué, la première chanson diffusée étant abondamment partagée. Un retour vers le milieu de la musique qui a pris de nombreux détours.

En détour

À l’âge de 18 ans, attiré par les feux de la métropole, Martin Théberge quitte sa Gaspésie natale, choisissant de s’installer à Saint-Léonard.

« J’avais en quelque sorte grandi dans le quartier, confie-t-il. Ma marraine y résidait, et chaque été, je passais plusieurs semaines chez elle pendant les vacances. C’était plus facile d’y déménager, vu que je connaissais déjà bien l’arrondissement. »

Il aura passé une dizaine d’années à Saint-Léonard, habitant sur la rue Dauphine. Au cours de cette période, il aura suivi des cours de chant avec Lucile Dumont, et auditionné pour Star Académie.

« Je ne suis pas rentré à l’Académie, mais j’avais gagné le choix du public, nuance le chanteur. Ça m’a quand même donné une belle vitrine, que la province ait voté pour moi. »

Néanmoins, malgré cela, la vie a fait en sorte qu’il s’éloigne de sa vocation musicale. « Ça devenait très difficile, très coûteux. Je me disais qu’à un certain moment, il fallait gagner sa vie », se rappelle-t-il.

Martin Théberge a alors quitté Montréal, s’installant en Outaouais, où il a été animateur à la radio.

Un retour vers la musique

Après un long intermède, Martin Théberge est retourné vers la musique, après avoir revu une connaissance évoluant dans le milieu. « J’avais croisé Benoît Sarrasin en Floride à un concert. Je lui avais dit que je souhaitais le revoir pour faire un projet musical, et il m’a proposé de le revoir à Montréal. »

En 2018, les deux ont commencé à travailler ensemble. La chanson Tous les cris, les S.O.S. est d’ailleurs l’une des premières qu’ils ont enregistrées.

« J’étais très nerveux, admet le chanteur. Je l’ai fait en arrivant chez Benoît, et la veille, il travaillait avec Isabelle Boulay. Il m’a suivi avec un accompagnement léger, et après avoir terminé la chanson, il m’a dit : “je crois qu’on a déjà ton premier extrait”. »

À partir de là, les deux artistes sont passés à travers près d’une centaine de morceaux, avant d’en retenir 13 extraits. L’idéal pour Martin Théberge serait que chacune soit accompagnée d’un vidéoclip.

« Je crois qu’on verra la fin du projet dans quelques mois, prévoit-il. Avec Spotify maintenant, on n’a plus vraiment besoin d’appeler ça un album. On peut sortir les chansons à la pièce. »

Il espère par la suite pouvoir effectuer une tournée, une fois que le confinement sera passé.

Articles similaires