Culture

Festival de jazz: Programmation six étoiles à l’Upstairs

L’Upstairs, renommé club montréalais, présente du jazz à l’année. Mais pendant le Festival – de Jazz, s’entend –, la programmation est spéciale. Vraiment très, très spéciale. Expériences intimistes, moments privilégiés, visites de vétérans, découvertes attrayantes… Le passionné propriétaire des lieux, Joel Giberovitch, nous présente six des artistes qui fouleront la scène de son établissement à partir de demain.

Helen MerrillHelen Merrill
«Ah! Helen! Ça, c’est quelque chose! s’exclame Joel, ravi. Plusieurs la considèrent comme une des meilleures chanteuses de tous les temps!» Oui, pour le propriétaire comme pour une multitude de passionnés, le passage de la grande artiste new-yorkaise est un véritable événement. Car voir la respectée chanteuse octogénaire dans la métropole, c’est également avoir la chance de voir se déployer tout un pan de l’histoire du jazz. «J’ai hâte d’écouter sa musique, remarque son hôte, mais surtout de m’asseoir avec elle, de discuter et d’écouter ses histoires.»
Les 3 et 4 juillet à 19 h et 21 h 45
Ranee LeeRanee Lee
La jazzwoman, qui chantera dans l’antre du club de la rue MacKay le dernier soir du festival, fait partie «des meilleurs» de Joel. La raison pour laquelle il l’a programmée? Ben là! C’est tout simple! «C’est Montréal! C’est Ranee Lee! C’est un de mes trésors!» Il rappelle d’ailleurs que c’est dans son institution que la grande dame a enregistré un album live marquant, Ranee Lee Lives Upstairs. Un disque qui a par la suite été récompensé par un prix Juno. «Cette artiste, je l’adore. Dès que j’ai la chance de l’inviter… je le fais.»
Le 7 juillet à 19 h et à 21 h 45
Nir FelderNir Felder
Trois soirs de suite, Nir Felder montera sur la scène du Upstairs avec trois formations distinctes. Ainsi, le guitariste commencera avec le Bebop Band, composé de musiciens qu’il a lui-même invités. Au programme? Un hommage à Dexter Gordon. Le lendemain, il sera là avec son groupe, le Nir Felder 4, dans lequel on trouve le batteur Mark Guiliana. «Une vraie rock-star!» aux dires de Joel. Finalement, le troisième soir, les spectateurs auront de nouveau droit à quelque chose de complètement différent. «On a fait bien attention d’offrir toutes sortes de textures sonores.»
Dimanche, lundi et mardi à 19 h et 21 h 45
Barry HarrisBarry Harris
Il y avait un moment que ce grand nom trônait au sommet de la wish list – aussi connue sous le nom de liste de rêve – de Joel. C’est cette année qu’il aura enfin la chance d’accueillir le légendaire pianiste américain dans son club. «Il est superbe! C’est le roi du bop!» se réjouit-il, content comme un kid à Noël. Pour l’occasion, M. Harris sera accompagné de son groupe de vétérans. «Leurs dates de naissance se situent toutes entre 1929 et 1935!» N.B. : puisque M. Harris est «très impliqué dans l’éducation du jazz», il offrira aussi une classe de maître.
Vendredi et samedi à 19 h et 21 h 45
GiladGilad Hekselman
Israélien d’origine, New-Yorkais d’adoption, le «guitariste des guitaristes» Gilad Hekselman s’est déjà produit au Upstairs. Il y revient en formule trio, à point pour le lancement de son nouvel album, This Just In, accompagné par le batteur Jeff Ballard («qui a souvent joué avec Brad Mehldau», note Joel) et le contrebassiste montréalais Rick Rosato. «Rick, c’est un artiste dont nous pouvons être fiers. C’est une future star de la contrebasse. En plus, il habite maintenant à New York… et il réussit à New York! Et ça, ce sont deux choses très différentes!»
Demain à 19 h 30 et 21 h 45
Bill CharlapBill Charlap
Ce n’était pas prévu au départ, mais avec le temps, c’est devenu une tradition. La série que Joel Giberovitch programme pour la période du festival en collaboration avec son compère Simon Fauteux présente désormais chaque année des concerts de piano solo. «Ce n’était pas notre intention, mais on a fini par garder l’idée, précise-t-il. L’an dernier, on a accueilli Julie Lamontagne, l’année d’avant, Kenny Werner…» La nouvelle tradition se poursuit avec Bill Charlap, et, du coup, promet de se poursuivre rondement. Pour résumer simplement? «C’est un génie!»
Le 5 juillet à 19 h et 21 h 45

Articles récents du même sujet