Culture

Cette semaine, on craque pour: Pional au Piknic, The Lit Up Show, Rémi Chassé…

Cette semaine, on craque pour… L’exposition sur Pional au Piknic, The Lit Up Show, Schitt’s Creek, Rémi Chassé, «Bedon maudit» dans Muses, Masked Intruder et Straight Outta Compton.

1. Pional au Piknic
Celui qui s’est fait connaître pour ses morceaux de house lumineuse et par moments jubilatoire aux côtés de John Talabot (Destiny, So Will Be Now) sera la tête d’affiche du spécial Piknic Barcelone ce week-end. Cet as de la mélodie aérienne se consacre présentement à Taurus, un projet électro hyper minimaliste avec la réalisatrice et auteure londonienne Sofia Mattioli (vous avez peut-être déjà vu son clip fichtrement émouvant pour Sleep Sound de Jamie xx?) En fait, Miguel Barros, alias Pional, a tellement de collaborations en cours (avec John Talabot, DeLorean, COMA) qu’il n’a pas encore accouché de son très attendu premier LP. On lui pardonnera volontiers en se rendant au parc Jean-Drapeau ce dimanche pour se faire bercer par sa dream pop envoûtante au crépuscule. (Michael-Oliver Harding)

2. The Lit Up Show
Avec ce charmant podcast qui compte aujourd’hui une vingtaine d’épisodes, les journalistes new-yorkaises Angela Ledgerwood et Emily Gould proposent de «découvrir les auteurs derrière les livres». La prémisse est simple, banale même, mais le traitement se révèle sensible et intelligent. «Angie et Em» mènent des entrevues personnelles, parlant d’écriture, d’amour, de sexe et des livres branchés de l’heure avec passion. On voit qu’on a affaire à des vraies. À écouter en ligne: thelitupshow.com. (Natalia Wysocka)

3. Schitt’s Creek

Est-ce la présence, au générique, du papa d’American Pie qui nous a longtemps fait dire «eh… p’t’être une autre fois?» Ou est-ce, questionnement existentiel, le visage de ce même papa qui nous a finalement poussée à faire : «Ah! Pourquoi pas aujourd’hui?» Toujours est-il qu’on a bien fait de sélectionner Schitt’s Creek sur Netflix en hommage au patriarche du plaisir solitaire et de la tarte aux pommes Eugene Levy, car cette nouvelle série humoristique que l’acteur a créée et dans laquelle il joue est franchement… stupéfaction… drôle. On y suit une famille fortunée qui, après un flop financier, se voit obligée de déménager dans un village décrépit qu’elle a acheté «pour rire». Les habitants, on ne s’en étonnera pas, accueillent la bande avec tous les égards qu’on doit au clan snob qui se paie notre bourgade en joke. C’est-à-dire : mal. Très bien. (Natalia Wysocka)

4. Rémi Chassé
Rémi Chassé est une chouette découverte pour moi, ô pécheresse qui n’a jamais regardé l’émission La Voix. Finaliste de l’édition 2014, l’auteur-compositeur-interprète charme avec son look de rockeur fougueux, sa voix un tantinet rocailleuse et sa plume franche. Son premier album solo, Debout dans l’ombre, s’écoute d’un trait et à répétition. Mes pièces coups de cœur: Sans adieux, Tu ne souris à personne et Armée dans ma voix. (Rachelle McDuff)

5. Bedon maudit dans Muses
On a hésité entre le reportage sur la chick lit – qui apporte un éclairage original sur le sujet pendant 10 pages – et la chronique «Bedon maudit», sur l’hypocrisie de la mode pour femmes «rondes», qui fait un riquiqui 2 pages. Pour son ton drôle et grinçant et pour l’audace de Marilyse Hamelin, qui y partage son vécu, on a penché pour ce deuxième texte, qui aborde sans complexe le tabou du ventre rond. Un coup de gueule bien senti, à lire dans la nouvelle édition du magazine de société Muses. (Marie-Lise Rousseau)

Art 7e ciel Masked Intruder6. Masked Intruder
La période des coupe-vent et des foulards (et des passe-montagnes, d’ailleurs) approche dangereusement : c’est le temps de réévaluer nos idylles estivales. Notre coup de cœur pour les cagoulés du quatuor pop-punk à thématique criminelle Masked Intruder est-il un feu de paille? Sans hésitation, non. Leurs pièces trop bien construites, qui dépassent la simple parodie ou le pastiche, telles Hello Beautiful et Heart Shaped Guitar – drôles, oui, mais étrangement sincères –, peuplent (envahissent?) depuis des semaines nos sessions de karaoké sous la douche. De la nostalgie tout droit sortie d’une compile de skate sur cassette! (Jeff Yates)

Art 7e ciel Straight Outta Compton_c1007. Straight Outta Compton
S’il y a un aspect du biopic sur le groupe-culte N.W.A., pionnier du gangsta rap dans les années 1980, qui est dépeint de façon fort intéressante (et, de fait, révoltante), c’est le contexte sociopolitique, le profilage racial et la violence des policiers envers les Afro-Américains – les situations dépeintes dans le film apparaissant encore malheureusement trop d’actualité. Du reste, même si le film évacue certains aspects moins reluisants de la vie des membres du groupe et même si son rythme s’essouffle un peu vers la fin, il vaut le détour notamment pour les performances des interprètes d’Eazy-E (Jason Mitchell), Ice Cube (joué par son fils O’Shea Jackson Jr.) et Dr. Dre (Corey Hawkins). (Jessica Émond-Ferrat)

On se désole pour…

La fin de Falling Skies
Dans le flux de séries qui remplissent nos écrans, en voici une qui va les quitter dimanche. Et ceux qui regardent régulièrement des émissions connaissent le sentiment de l’ultime épisode. Mais avec cinq saisons, Falling Skies part au bon moment. Dans des États-Unis postapocalyptiques, la série suit la famille Mason : un père (Noah Wyle, alias le Dr Carter d’Urgences) et ses trois fils. Si on se méfiait du thème ressassé des extraterrestres envahisseurs, on a été séduit par le choix de centrer l’intrigue sur les rapports humains et le thème de l’histoire. (Baptiste Barbe)

Articles récents du même sujet