Geneviève Hinse candidate libérale dans Rosemont–La Petite-Patrie

Geneviève Hinse candidate libérale dans Rosemont–La Petite-Patrie
Photo: Emmanuel Delacour

Le Parti libéral du Canada (PLC) n’a pas connu de victoire dans la circonscription de Rosemont – La Petite-Patrie depuis des décennies. Toutefois, les récents sondages le place au coude-à-coude avec le Nouveau Parti démocratique dans cette course. Leur nouvelle candidate saura-t-elle se démarquer?

Après avoir évolué dans les coulisses du pouvoir, Geneviève Hinse a fait le saut dans la vie politique active en se présentant comme la représentante de l’équipe de Justin Trudeau dans le quartier où elle réside avec son conjoint.

Celle-ci a travaillé depuis 2015 au sein du PLC, aux communications et en tant que Chef de cabinet pour Santé Canada.

Mme Hinse dit avoir foi dans le programme de son parti et affirme être fière du travail qu’il a accompli depuis les quatre dernières années.

« Je pense qu’on a le bon leader au bon moment, insiste Mme Hinse. Le Parti libéral propose une politique qui fait une différence dans la vie des gens. C’est pourquoi notre slogan pour 2019 est « choisir d’avancer ». On propose un programme vraiment progressiste. »

La candidate tient à cette étiquette « progressiste », qu’elle réitère plusieurs fois lors de la présentation de la feuille de route du PLC et de ses promesses.

« On a créé une allocation canadienne pour les ménages avec enfants, qui permet à une famille avec un revenu moyen d’avoir 2000 $ de plus dans ses poches. On a sorti 300 000 enfants de la pauvreté depuis 2015. Je crois que les valeurs des gens de Rosemont – La Petite-Patrie et du Parti libéral sont alignées », insiste Mme Hinse.

En matière d’environnement, la décision controversée du gouvernement du Canada de racheter l’oléoduc de Trans Mountain afin d’assurer son expansion ne remet pas en cause les intentions du parti à diriger le pays vers un avenir plus vert, selon la candidate.

« J’aimerais que tous les transports soient déjà 100 % électriques au Canada, mais nous ne sommes pas encore rendus là. L’équipe Trudeau a réellement lancé la transition énergétique en étant les premiers à y investir des sommes, nous devons continuer. Il faut toutefois réconcilier nos ambitions environnementales et économiques », indique-t-elle.

Rosemont – La Petite-Patrie étant un quartier comprenant une forte proportion de familles, Mme Hinse soutient qu’un gouvernement libéral saura négocier avec les paliers provincial et municipal pour offrir aux ménages des infrastructures qui combattront l’exode vers les banlieues.

« Il faut se tourner davantage vers les modèles d’économie sociale, comme les projets de la Société de développement Angus. Évidemment, cela se fera dans le respect des prérogatives provinciales et municipales, mais il y a une collaboration qui est possible. Il faut qu’on soit bons partenaires », assure Mme Hinse.