Formation et emplois

Et si l’on réconciliait commerçants locaux et technologies?

Jusqu’au 30 janvier prochain, les commerçants québécois pourront aller découvrir les technologies proposées par l’espace éphémère «api» à Laval. Là-bas, ils pourront découvrir (et se doter) de nombreux outils. Que ce soit pour développer la relation client, faciliter la livraison ou encore créer un site web.

Améliorer l’expérience en magasin, gérer les enjeux d’achalandage, ou encore implanter des systèmes de point de vente ou des solutions de fidélisation. Les besoins en technologies des commerçants du Québec sont nombreux.  

Avec cet espace «api» (pour «achetons plus ici»), Carl Boutet, le DG du Centre québécois d’innovation en commerce (CQIC), compte bien faciliter la collaboration entre les fournisseurs de solutions technologiques et ces commerçants locaux. 

«Les commerçants de proximité sont souvent intimidés par les technologies. On veut les soutenir, en proposant des outils de prise de rendez-vous, de gestion de personnel ou de ciblage marketing.» -Carl Boutet, directeur général du CQIC 

Mais comment ça marche?

Concrètement, un commerçant qui entre dans l’espace éphémère «api» sera guidé par des conseillers. Le but est de lui permettre d’identifier ses besoins ainsi que les solutions appropriées pour propulser son commerce.

En trente minutes, les conseillers l’aident d’abord à déterminer quels sont ses enjeux et ses besoins spécifiques. 

«Par exemple: est-ce qu’il cherche à obtenir plus de clients? A-t-il une base de données?», explique à Métro M. Boutet. 

Ensuite, les conseillers lui proposent le coffre à outils, «mais de façon stratégique», souligne le DG. 

Pour consulter la solution qui s’applique à ses besoins, cela ne lui coûte rien. Le commerçant peut alors choisir ce qui l’intéresse, associé au coût ou au forfait correspondant. 

 «Même après la pandémie, certains besoins en communication vont rester. Et les outils existent pour continuer à bien communiquer avec les clients, optimiser les relations, etc. Cela prend plus que Facebook.» -Carl Boutet, DG du CQIC

Importer les dernières tendances au Québec

L’espace api de Laval offre également au commerçant québécois l’accès à une formation en «live shopping», très tendance en Asie. 

Le «live shopping» est en fait une publicité interactive en direct, diffusée sur la plateforme web des entreprises. Non seulement cette vidéo permet aux consommateurs d’interagir entre eux, mais aussi d’établir un lien avec un représentant de l’entreprise. 

Avec tout cela, M. Boutet ne souhaite qu’une chose: que les commerçants d’ici traversent la période des Fêtes «avec confiance et prospérité.» 

La boutique éphémère met d’ailleurs en valeur plus de 70 artisans de Laval et du Québec, en collaboration avec le Panier Bleu.

M. Boutet a l’intention de déployer quatre autres de ces espaces financés par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, au cours de l’année 2021.

«Un par trimestre», précise-t-il.


Éducation

Cinq applications mobiles qui facilitent la rentrée scolaire de toute la famille

La rentrée scolaire est stressante pour les jeunes et les moins jeunes, mais elle l’est aussi pour les parents; tout le monde doit s’organiser! Afin d’y parvenir avec plus d’aisance, dépêchez-vous de télécharger ces applications mobiles.

FamilyWall

Cette app permet d’interconnecter tous les membres de la famille pour simplifier la gestion des tâches quotidiennes. On peut notamment partager son emploi du temps, les activités de chacun, les listes de courses, la planification des repas, la localisation des membres de la famille, des photos et des vidéos. On y trouve également un service de messagerie.

Capture d'écran de l'application mobile FamilyWall

Gratuite, sur Google Play et l’App Store.

2houses!­

Être parent dans la vie moderne, n’est pas de tout repos, mais être monoparental l’est encore moins. L’application mobile 2houses! a spécialement été conçue pour les parents qui doivent gérer la garde partagée. Elle permet entre autres aux parents de planifier les temps de garde, de gérer les dépenses liées à l’enfant, d’échanger des informations scolaires, parascolaires et médicales.

Capture d'écran de l'application mobile 2houses

Quatorze jours d’essai gratuit, puis 12,50 $ par mois ensuite, sur Google Play et l’App Store.

Notability

Les applications de prise de notes sont aujourd’hui nécessaires tant pour les étudiants du cégep et de l’université que pour les enseignants. L’app Notability est compatible avec le iPad, le iPhone, le Mac et elle prend aussi en charge l’Apple Pencil. L’option de convertir l’écriture manuscrite en texte est pratique, et on aime le fait de pouvoir annoter des images, des diapositives et des devoirs.

Capture d'écran de l'application mobile notability

2,80 $, sur l’App Store.

1Focus

On sait qu’il peut être difficile de garder sa concentration devant un ordinateur ou un appareil mobile, car les distractions fusent de toute part. L’application 1Focus permet de bloquer l’accès à des sites web et des applications pour une période déterminée. Il est donc possible de planifier un horaire de travail ou d’étude sans avoir accès à Facebook.

Capture d'écran de l'application mobile 1focus

Gratuite, sur l’App Store.

Studyo

Studyo est un agenda scolaire pour les élèves. Plusieurs écoles ont adopté cette application mobile en remplacement à l’agenda papier. Le tableau de bord quotidien affiche les tâches de chaque période de cours et il est possible de les partager avec son enseignant. Impossible d’oublier la remise d’un travail ou la venue d’un examen avec Studyo! Assure également le suivi des compétences des élèves permettant un soutien personnalisé.

Capture d'écran de l'app mobile studyo

Différents forfaits offerts, sur l’App Store et sur studyo.co

Actualités

COVID-19: Chloé répond à toutes vos questions

Vous avez été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19 et vous ne savez pas quoi faire? Vous devez vous isoler et avez besoin de soutien? Chloé peut vous aider!

Le leader montréalais des soins de santé virtuels Dialogue apporte aux Canadiens des réponses en temps réel à ces questions et à bien d’autres en lien avec le coronavirus grâce au lancement d’une assistante médicale virtuelle baptisée Chloé pour la COVID-19. Facile à utiliser et automatisée, cette ressource s’appuie sur l’intelligence artificielle pour apporter une aide quotidienne aux personnes en isolement et leur indiquer où et quand se faire tester pour le virus.

«Lorsque la pandémie a frappé, nous nous sommes demandés ce que nous pouvions faire pour aider le public», déclare Alexis Smirnov, cofondateur et directeur de la technologie de Dialogue. «Nous fournissions déjà des services de santé virtuels à des millions de Canadiens par l’entremise de notre service d’entreprise, mais nous estimions avoir une plus grande responsabilité d’appuyer le public au
sens large.»

L’évolution du service Chloé pour la COVID-19

L’équipe a commencé par développer Chloé pour la COVID-19 en mars en tant que ressource d’information permettant aux gens d’accéder à des données pertinentes et précises et d’alléger le volume d’appels du 811. Lancée en juin grâce à l’appui financier de l’organisme national voué à l’innovation Mitacs, la dernière version propose des fonctionnalités utiles telles que des capacités de questions-réponses très larges, un accompagnement quotidien pour les personnes qui doivent s’auto-isoler pendant 14 jours et des informations en temps réel sur les tests du coronavirus, y compris les centres de test les plus proches dans tout le pays et s’il est nécessaire ou non d’avoir un rendez-vous.

«Si vous devez vous auto-isoler, Chloé vous contactera chaque jour afin d’effectuer un suivi de vos symptômes et vous fournir des conseils pour savoir à qui vous adresser si vous avez besoin d’aide.» Alexis Smirnov, cofondateur et directeur de la technologie de Dialogue

Accessible sur la page web covid19.dialogue.co, l’assistante virtuelle Chloé pour la COVID-19 se présente sous la forme d’un avatar inspiré de la première infirmière embauchée par l’entreprise lors de son lancement en 2016. Elle s’appuie sur des informations issues de sources médicales et gouvernementales canadiennes.

Des étudiants contribuent

Des étudiants à la maîtrise de l’Université de Montréal et de Mila, l’Institut québécois d’intelligence artificielle, participent au développement de cette technologie en partageant leur expertise. Leur stage est financé par Mitacs, qui offre actuellement une promotion spéciale aux entreprises canadiennes développant des solutions pour lutter contre la COVID-19: celle-ci leur permet d’investir seulement 3  750$ sur un financement total de 15 000$ qui couvre l’allocation d’un stagiaire jusqu’à six mois.

Ce projet peut accueillir d’autres stagiaires de recherche. Les étudiants en génie logiciel, intelligence artificielle ou télémédecine de partout au Canada peuvent contacter l’équipe de développement des affaires de Mitacs.

Techno

Quand la technologie imite la nature grâce à la thérapie au sel

La thérapie au sel consiste à diffuser des particules de sel dans l’air afin d’en retirer les bienfaits par inhalation. Le 25 mars dernier, la compagnie Design for leisure a introduit sur le marché canadien le KLAFS Microsalt SaltProX, un appareil qui transforme n’importe quelle pièce de la maison en salle d’inhalothérapie.

Située aux États-Unis et au Royaume-Uni, Design for leisure, qui se spécialise dans la conception d’environnements de spa et de bien-être hydrothermaux, a conçu un appareil technologique d’inhalation de sel sec offrant des avantages pour le système immunitaire et le système respiratoire.

La technologie de broyage invisible du Microsalt SaltProX génère un aérosol de sel particulièrement fin, qui se propage en douceur dans un sauna ou toutes autres pièces d’une maison. Le sel gemme naturel utilisé dans le SaltProX est du chlorure de sodium à 99 %, le plus haut niveau de pureté disponible dans la nature. Ces minuscules particules de sel se répandent dans tout le système respiratoire, du nez, des sinus et de la gorge jusqu’aux zones pulmonaires extrêmes et peuvent avoir un effet expectorant.

La thérapie au sel est aussi utilisée pour traiter les troubles cutanés comme l’acné et l’eczéma.

L’installation d’un SaltProX est simple. L’appareil est accroché au mur à l’aide d’un support de fixation qui peut être retiré à tout moment. Une pile rechargeable fait fonctionner l’appareil, et offre généralement de trois à cinq sessions avant d’avoir besoin d’une recharge.

Le Microsalt SaltProX est en vente, au coût de 2000$, sur le site designforleisure.com

Techno

Services de cybersécurité gratuits pour les entreprises

L’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI) lance un programme de cybersécurité visant à protéger les sociétés à risque alors que sévit la crise de la COVID-19.

En ces temps de pandémie, les pirates profitent des établissements les plus vulnérables. Ce pourquoi l’ACEI a décidé de mettre son expertise et ses infrastructures à leur disposition pour contribuer à les protéger. Depuis le 2 avril, les hôpitaux, centres de santé et petites entreprises peuvent protéger leurs installations des cyberattaques en bénéficiant de six mois d’accès gratuit au pare-feu DNS de l’ACEI.

Tous les organismes à but non lucratif et les petites entreprises comptant moins de 100 employés peuvent protéger leurs activités en accédant gratuitement au pare-feu DNS de l’ACEI jusqu’au 30 septembre 2020.

L’autre bouclier canadien

De plus, l’ACEI offre un accès rapide à son nouveau service gratuit : le Bouclier canadien. Celui-ci permet à tous les travailleurs de la santé, des petites entreprises et des établissements d’enseignement de protéger leurs appareils personnels et leurs réseaux à domicile tout en travaillant et en apprenant à distance. Un service de cybersécurité non négligeable.

Pour obtenir l’accès gratuit au pare-feu DNS de l’ACEI, cliquez ici.