Inspiration

J’ai essayé la survie en forêt (oui, volontairement)

Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
Ouf, toute une expérience pour notre aventurière Sarah-Émilie Nault! Photo: Sarah-Émilie Nault
Sarah-Émilie Nault - Collaboration spéciale

Il y a de ces expériences qui marquent le corps aussi bien que l’esprit. C’est le cas du stage de survie en forêt de Kanatha-Aki. Deux jours d’aventure, d’orientation, de randonnée en zone sauvage, de symbiose avec la nature et de débrouillardise dans l’un des plus beaux terrains de jeu: la forêt boréale des Laurentides. 

Il y a quelque chose d’extrêmement grisant à survoler, à bord d’un hélicoptère d’Héli-Tremblant, les montagnes et les forêts de conifères, et à atterrir au beau milieu de nulle part en sachant qu’on devra se débrouiller presque seul pour retrouver son chemin vers la civilisation.  

Si Kanatha-Aki a baptisé son stage de survie en forêt «Héli extrême», c’est que ces deux jours en simulation de survie ne sont pas pour les petites natures (justement!). «La survie, c’est 70% de connaissances – dans votre tête et dans votre cœur – et 30% de résilience, confiance en soi, chance, improvisation et force, nous explique Léo, notre guide de survie fort expérimenté. On veut essayer de voir la nature comme une amie et non comme une adversaire.» 

Léo fera de même tout au long de ce week-end au cœur de la forêt épaisse: user de belles comparaisons entre les bêtes et les hommes, la nature et la «civilisation», nous rassurant ainsi sur le choix que nous avons fait de nous extirper de notre zone de confort.    

Le but premier de notre aventure? Rejoindre les terres de Kanatha-Aki que nous venons de quitter. «Je vous propose de ME ramener à la civilisation», lance Léo alors que nous sommes seuls, les bottes plantées dans le marais où Damien, notre pilote, est parvenu à se poser. «En survie, il suffit d’une mauvaise décision, d’un mauvais pas… Mais il ne suffit souvent de pas grand-chose; juste une petite poussée et on peut déplacer des montagnes.» 

  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides avec Kanatha-Aki
  • Survivre en forêt en se «perdant» dans les Laurentides

Les montagnes, nous les défions plus que nous les déplaçons, à un bon rythme et dans un esprit de collaboration qui nous réconcilie avec le genre humain (tellement à cran depuis le début de la pandémie). Nous usons de stratégie, partageons nos connaissances, nous écoutons les uns les autres, avançons du même pas convaincu et acceptons les compromis pour que règne l’harmonie dans le groupe, une arme redoutable en situation de survie.  

Le «confort» dépend des pièces d’équipement choisies par chacun. Nous partons en couple avec des sacs à dos plutôt légers contenant l’essentiel: sacs de couchage, pierre à feu, corde, manteaux, tuques, chaussettes de rechange, lampes frontales, couverture de survie, petites collations et deux gourdes d’eau.  

Alors que certains courageux ont fait le pari de «dormir» sans sac de couchage, nous avons remercié le ciel d’avoir traîné les nôtres lorsque nous nous sommes couchés sous notre abri de fortune construit – de nos propres mains – avec des branches, du feuillage et des écorces de bouleau!  

Si j’ai tout aimé de ce week-end duquel nous sommes revenus courbaturés, malodorants, fatigués, mais ô combien souriants, c’est que ce que nous y avons appris et vécu vaut de l’or: l’orientation, les techniques de feu, de nœuds et de pêche à la main, les étapes importantes en survie, la signalisation, le choix du matériel (ou la confection de matériel) essentiel, la cueillette et la chasse durables, et plus encore.  

Outre le défi, le plaisir et la satisfaction d’avoir randonné dans la bonne direction, traversé une rivière, gravi des montagnes, frayé notre chemin à travers branches et buissons, construit notre propre abri et passé une nuit sur un tapis d’écorces, c’est le large savoir et le sincère respect du territoire de notre guide que nous garderons en tête. Qu’on soit un jour mal pris en forêt ou de retour dans le confort de la métropole.   

Plus d’infos sur les différentes formules de stages de survie proposées par Kanatha-Aki ici.

Articles récents du même sujet