Local

Une bague de l’artisane arménienne Gayané Avetisyan de DDO en lice pour un prix d’excellence

Une bague de l’artisane arménienne Gayané Avetisyan de DDO en lice pour un prix d’excellence
Photo: François Lemieux/Cités Nouvelles

L’œuvre Jardin fleuri de l’artisane d’origine arménienne Gayané Avetisyan est en nomination pour le prix François-Houdé. Remis annuellement, cet honneur récompense l’excellence en métiers d’art chez les artistes émergents montréalais.

Installée à Dollard-des-Omeaux depuis plus de trois ans, elle fabrique divers bijoux, dont des bagues, pendentifs, boucles d’oreilles et broches en utilisant l’émail cloisonné. C’est grâce à cette technique d’orfèvrerie développée dans l’Antiquité à Byzance qu’elle a pu créer la bague qui lui a valu une nomination.

«J’ai appris cette méthode lorsque j’habitais en Géorgie, où c’est très commun», explique Mme Avetisyan.

Le procédé consiste à souder des rubans métalliques sur une plaque faite aussi de métal. Des séparations, aussi appelées cloisons en argent fin servent ensuite à déposer les différentes couleurs de poudre d’émail à vitrifier à l’aide d’une cuisson au four à plus de 790 degrés Celsius.

Reconnue
Accordé par la Ville de Montréal et le Conseil des métiers d’art du Québec (CMAQ), le prix François-Houdé est réservé aux artisans ayant moins de 10 ans d’expérience professionnelle. Mme Avetisyan a été surprise d’être sélectionnée parmi 10 finalistes sur 34 candidatures reçues.

«C’était important pour moi de faire cette étape pour entrer dans le monde de l’art canadien. Je suis relativement nouvelle au pays, alors c’est bien d’être reconnue», souligne-t-elle.

Faisant également de la peinture contemporaine, de la céramique et de l’estampe, l’artiste souhaiterait éventuellement enseigner la technique de l’émail cloisonné.

Le prix François-Houdé, qui en est à sa 24e édition, est assorti d’une bourse de 5000$. Le gagnant sera annoncé le 28 novembre à la galerie La Guilde, à Montréal.