Local

Matières résiduelles, une collecte désormais aux deux semaines

Des sacs et bacs de déchets et de matières résiduelles le long d’un trottoir.
Photo: Archives

Les résidents des secteurs Crawford et L’Île-des-Sœurs testeront un projet pilote à l’automne concernant les collectes de matières résiduelles. Celles-ci s’effectueront désormais aux deux semaines plutôt que de façon hebdomadaire. 

Les matières résiduelles comprennent les ordures ménagères, les matières organiques et recyclables, les résidus de construction, de rénovation et de démolition (CRD) et les résidus domestiques dangereux (RDD). Les résidus alimentaires occupent la part la plus importante des matières résiduelles, soit 55%.

Or, on observe une réduction de la quantité de déchets dans la métropole. Entre 2010 et 2018, Montréal a connu une baisse de 8% des quantités de matières résiduelles générées malgré une croissance de 6% de la population. Selon les données de 2018, chaque Montréalais génère 465 kg de matières résiduelles.

«L’arrondissement débute le processus d’appel d’offres pour les secteurs de Crawford et L’Île-des-Sœurs pour la collecte des matières résiduelles domestiques», indique le maire de Verdun, Jean-François Parenteau. Ce projet fait partie de la vision de la transition écologique de la Ville de Montréal, ajoute-t-il.

Même si les camions pour récupérer les déchets domestiques passeront moins régulièrement dans certaines rues de Verdun, il n’y aura pas de déploiement massif pour remplacer les bacs de 120 litres par de plus grands d’une capacité de 240 litres. Ils seront changés graduellement, par exemple lorsqu’un conteneur est brisé.

Par ailleurs, la Ville de Montréal avait montré son intention, dans le budget du Programme décennal d’immobilisation (PDI) 2021-2030, de revoir dès 2022 la fréquence des différentes collectes dans certains arrondissements. L’objectif de la ville-centre est de revoir certaines dépenses pour équilibrer le budget.

Le ramassage des déchets occupe 3,5 % des dépenses totales de la Ville de Montréal, ce qui équivaut à environ 200 M$ par an.

Articles récents du même sujet