Local

Dany Laferrière inspire la future bibliothèque d’Ahuntsic et de Montréal-Nord

Vue de la future bibliothèque du boulevard Henri-Bourassa
L’arcade du bâtiment évoque «l’arbre qui marche», une idée explorée dans l’œuvre de l’écrivain Dany Laferrière. Photo: Gracieuseté/Affleck de la Riva architectes

L’œuvre de Dany Laferrière a non seulement inspiré le choix du nom de la future bibliothèque d’Ahuntsic et de Montréal-Nord, Coeur-Nomade, mais aussi ses caractéristiques architecturales.

Fin octobre, le projet mené par la firme Affleck de la Riva a remporté le concours d’architecture parmi quatre finalistes. Les travaux de construction devraient débuter en 2023 en vue d’une ouverture à l’hiver 2025.

Intitulé «L’arbre qui marche», le projet retenu évoque les thèmes de la migration et de l’enracinement chers à Dany Laferrière avec une arcade ouverte sur le boulevard Henri-Bourassa.

Pour l’architecte Gavin Affleck, il s’agit d’une façon de protéger les usagers du trafic tout en laissant pénétrer la vie urbaine dans l’espace.

 «Les arches, très fines, donnent une impression de mouvement tout en évoquant l’enracinement dans le quartier», souligne-t-il.

Dany Laferrière parle de l’arbre qui marche en référence à des humains en migration tout en cherchant des racines. C’est une idée qui a une forte résonance en architecture.

Gavin Affleck, architecte

Des espaces flexibles

La bibliothèque sera située à l’intersection de l’avenue Oscar et du boulevard Henri-Bourassa, à la jonction des secteurs Ahuntsic et Montréal-Nord.

Première bibliothèque à servir deux arrondissements, elle comprendra des rayons de livres, mais aussi des espaces de socialisation et d’apprentissage. Le bâtiment aura aussi une vocation culturelle et communautaire.

L’architecte devait donc prévoir des espaces flexibles, qui peuvent changer d’usage selon les besoins de la population.

«On a voulu innover en y allant par fonction plutôt que par clientèles jeune et adulte. C’est quelque chose que la firme a bien compris», souligne Marie Désilets, chef de division des bibliothèques à Montréal-Nord.

Désert culturel

Pour la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, le nouvel édifice changera le paysage du secteur, identifié comme un «désert culturel» depuis 2013. 

«Ça va vraiment revitaliser le secteur, près du boulevard Gouin où vivent beaucoup d’aînés» abonde la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black.

En 2014, les deux arrondissements ont convenu de construire un seul établissement à cet endroit, une première dans l’histoire des bibliothèques à Montréal.

Depuis, le coût estimé du projet a presque doublé, passant de 22 M$ à 42,7 M$, indique par courriel la Ville de Montréal. Il sera assumé en grande partie par la Ville-centre et par Québec. Les arrondissements de Montréal-Nord et d’Ahuntsic-Cartierville contribueront au coût des travaux du stationnement souterrain.

Cœur-Nomade

Le nom de la future bibliothèque fait référence à Vers d’autres rives, un roman autobiographique dessiné par Dany Laferrière.

La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, explique que l’écrivain et son œuvre ont un fort ancrage dans le quartier.

 «Il habite dans Ahuntsic-Cartierville, où il a des racines très profondes», explique l’élue de Projet Montréal

Pour Christine Black, le nom de Coeur-Nomade est symbolique pour les gens de Montréal-Nord. «Il évoque la diversité et l’inclusion. Ça représente bien notre arrondissement».

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet