Ahuntsic-Cartierville

Mélanie Joly lance sa campagne

Mélanie Joly lance sa campagne
Photo: Amine Esseghir/Courrier AhuntsicPour Mélanie Joly, Chabanel est encore une de ses priorités à Ahuntsic-Cartierville.

Mélanie Joly, la députée fédérale sortante d’Ahuntsic-Cartierville veut parler de création d’emplois, de relance de Chabanel et de développement transport en commun. Elle s’attaque aussi aux conservateurs même si ceux-ci sont loin de constituer un danger pour elle dans sa circonscription.

Mme Joly a lancé le 17 août sa campagne électorale pour les prochaines élections fédérales du 21 octobre lors d’un piquenique au parc Saint-Simon-Apôtre. Environ 300 sympathisants et militants ont répondu à son invitation.

Alors que son parti et le premier ministre du Canada sont taclés par les effets de l’affaire SNC Lavalin, Mme Joly a rappelé que son chef s’est expliqué et a assumé ses responsabilités.

Localement, elle mise sur le développement économique, le transport en commun et le logement. «Il faut continuer à relancer Chabanel, il y a encore des millions de pieds carrés à occuper», a-t-elle dit.

Chabanel a été le sujet phare de sa campagne précédente. Mme Joly se félicite aujourd’hui de voir ce secteur industriel et commercial attirer de nombreuses grandes entreprises. Elle estime à que plus de 1000 emplois ont été créés ces trois dernières années.

L’autre cheval de bataille de la députée sortante, le transport en commun. «Il y a un plan de match autour des gares de Bois-Franc et du Ruisseau avec l’arrivée du REM», a-t-elle signalée. Les deux gares sont situées à la frontière de Cartierville et de Saint-Laurent.

Par ailleurs, elle a rappelé que durant les quatre dernières années 1000 logements sociaux ont été construits ou annoncés.

Haro sur les conservateurs

Alors que la bataille pour Ahuntsic-Cartierville s’annonce, Mme Joly a considéré que ses vrais adversaires sont les conservateurs.

S’il est vrai qu’ils talonnent les libéraux pour prendre les rênes du Canada, à Ahuntsic-Cartierville les conservateurs ont à peine dépassé les 7% lors des élections fédérales de 2015.

La députée sortante Maria Mourani candidate du NPD, mais élue précédemment sur la liste du Bloc Québécois s’était classée deuxième suivie par Nicolas Bourdon, candidat du Bloc Québécois.

«Les conservateurs proposent de couper dans les services. Ils promettent l’austérité. Les Montréalais n’en veulent pas», a-t-elle affirmé.

Elle craint également qu’un gouvernement conservateur signifierait une menace pour les droits des femmes. «Maxime Bernier veut déposer une loi pour limiter le doit à l’avortement et des députés conservateurs pensent la même chose, a-t-elle soutenue. J’en fait une cause personnelle, il n’est pas question qu’on recule sur les droits des femmes.»

 

Des militants haïtiens perturbent le discours de lancement de campagne de Mélanie Joly
Un groupe de militants contre les expulsions des Haïtiens en situation irrégulière est venu chahuté le discours de Mélanie Joly. Photo : Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic

Mélanie Joly chahutée

Un groupe de militants contre les expulsions des Haïtiens en situation irrégulière a investi le parc Saint-Simon-Apôtre pendant que Mélanie Joly prononçait son discours.

Ils fustigeaient ce qu’ils ont appelé le soutien du gouvernement au président Haïtien actuel Jevenel Moïse.

«Il y a une guerre civile en Haïti et nous demandons au Canada de ne plus soutenir un gouvernement corrompu et meurtrier», indique Frantz André, membre du comité d’action des personnes sans statuts, venu se faire entendre, armé d’un drapeau haïtien.

La situation sociale et sécuritaire en Haïti pousse selon lui des milliers de gens à quitter Haïti demandant asile un peu partout en Amérique et notamment au Canada.

Mme Joly a accepté de discuter avec les contestataires à la fin de son meeting.