Ahuntsic-Cartierville

Site Louvain Est : la peur du ghetto

Site Louvain Est : la peur du ghetto
Photo: ArchivesLe développement à venir sur le site Louvain Est suscite chez le voisinage la crainte de voir naître un ghetto pour les pauvres.

Des résidents autour du site de l’ancienne cour de voirie dite de Louvain Est ne semblent pas chauds à l’idée de voir des logements sociaux construits à proximité. Si le projet a bénéficié d’un appui politique certain, il semble maintenant qu’il soit en quête d’acceptabilité sociale.

Le site Louvain Est, une ancienne cour de voirie dite de plus de sept hectares appartenant à la Ville de Montréal longe la rue de Louvain Est entre l’avenue Christophe-Colomb et la rue Saint-Hubert. Les élus de Projet Montréal veulent développer dessus un nouveau quartier avec des logements sociaux et abordables dans le cadre d’une co-création avec le milieu communautaire et les citoyens.

Or, des résidents autour du site ont peur de voir un ghetto prendre place dans le voisinage de leurs demeures dans leur quartier, le domaine Saint-Sulpice.

Une rencontre pour dissiper les craintes et mettre sur pied un Comité de bon voisinage a été organisée le 7 octobre. Une réunion qu’on a voulu tenir loin des yeux des médias et à laquelle moins d’une vingtaine de personnes ont pris part.

«Des habitations avec des gens à faible revenu c’est très inquiétant au niveau de la criminalité. Je connais des personnes âgées qui ont été cambriolées deux fois dans le quartier. Elles sont traumatisées», affirme une résidente du secteur qui a participé à la rencontre.

S’appuyant sur un document de la division de la recherche et de la statistique du ministère de la Justice du Canada la même citoyenne cite : «Le désavantage social et économique s’est révélé étroitement lié à la criminalité, en particulier aux infractions les plus graves, dont les voies de fait, le vol qualifié et l’homicide.»

Dans le projet de 800 à 1000 logements à venir, on prévoit 50% de logement pour des gens à faibles revenus. Elle rappelle aussi qu’il y a déjà à proximité un HLM. «Je ne dis pas que ce sera comme ça, mais le projet n’est pas représentatif du domaine Saint-Sulpice.»

Une autre résidente du secteur raconte que les policiers se déplacent dans le secteur avec six autopatrouilles. «On peut blâmer la gestion des HLM, mais il y a un problème quand il n’y a pas assez de mixité», relève-t-elle.

Dissiper les craintes

Un comité de bon voisinage d’une douzaine de membres a été tout de même désigné à la fin de la soirée. Il sera consulté tout au long du processus de conception et de réalisation.

Pour Marc-André Carignan, chroniqueurs spécialisés en développement urbain, des résistances à un projet de logements sociaux n’ont rien d’une nouveauté. «Nous avons eu un peu la même situation au moment du développement des shops Angus. On a entendu des gens dire ce seront des pauvres et des immigrants qui vont venir là. On était à fond dans les clichés.»

Les Shop Angus sont un développement immobilier construit sous forme de coopératives d’habitations et d’OBNL sur le site des anciennes usines de locomotives fermées en 1991. Situés à Rosemont, ces logements sont parmi les plus courus de Montréal.

Pour M. Carignan, si le développement intègre des éléments architecturaux de qualité, cela atténuera les aprioris. «En Europe, par exemple, les projets de logements sociaux sont menés avec tellement de soins et de créativité que tout le monde a envie d’y habiter», indique-t-il.

Une démarche similaire devrait être suivie selon lui. «Cela permettrait d’estomper les résistances, croit-il. La qualité architecturale ne doit pas être réservée aux seuls privilégiés.»

Selon lui il faudrait mettre en avant les avantages que tout le monde pourrait tirer de ce nouveau quartier.

Le projet du site Louvain Est en est encore au stade de la réflexion. Il n’y a pas de plans pour le moment. Une première présentation des projections architecturales ouverte à tous sera organisée le 17 octobre au collège Ahuntsic.

«C’est une bonne chose, souligne M. Carignan. Cela permet le développement avec les gens, que ce soit ceux qui sont favorables ou ceux qui s’y opposent. Au bout du compte, il y aura des constructions qui auront pris en considération toutes les opinions.»

Le projet gagnerait aussi selon lui à se doter d’un porte-parole. Un élu par exemple qui en serait aussi l’ambassadeur.