Ahuntsic-Cartierville

Des concerts-ateliers de musique classique à la prison de Bordeaux

Concert-atelier de l'Orchestre de l'Agora à la prison de Bordeaux
Concert-atelier de l'Orchestre de l'Agora à la prison de Bordeaux. Photo: Gracieuseté/Orchestre de l'Agora Photo: Gracieuseté/Orchestre de l'Agora

Depuis juin dernier, l’Orchestre de l’Agora, en collaboration avec le service d’aumônerie de la prison de Bordeaux, met en place des concerts-ateliers de musique classique pour les détenus.

Les concerts d’une durée de 60 minutes font se rencontrer les hommes détenus et deux à trois musiciens de l’Orchestre de l’Agora. Lors de chaque concert-atelier, les musiciens commencent par se présenter, puis ils parlent de leur instrument avant de mettre en contexte l’œuvre présentée.

Tout au long du concert-atelier, mais plus particulièrement à la fin de celui-ci, les hommes détenus sont invités à échanger sur ce qu’ils entendent et ce que la musique évoque pour eux.

C’est en visionnant un reportage sur la mission sociale de l’Orchestre de l’Agora que l’aumônier de la prison, Stéphane Roy, a eu l’idée de contacter le directeur de l’orchestre, Nicolas Ellis.

Des concerts-ateliers pour offrir de la beauté

«Je voulais offrir du “beau” à ces hommes incarcérés, explique Stéphane Roy. Offrir du “beau” à quelqu’un, c’est lui dire qu’il a de l’importance.»

Pour l’aumônier, le “beau” est vecteur d’humanisation. Par la musique, il permet aux détenus de se connecter avec leurs émotions, de les nommer et ensuite d’en parler.

Il se rappelle un moment émouvant qui a eu lieu à la fin du premier concert. Un détenu est venu le voir les larmes aux yeux pour partager son émotion avec lui.

«Il m’a dit: “Je n’aurais jamais cru assister à un concert de musique classique et en plus, c’est en prison”», explique Stéphane Roy.

Selon Nicolas Ellis, ces concerts-ateliers permettent aussi aux musiciens de toucher au cœur de leur mission. Selon lui, le but premier de faire de la musique est de «toucher les gens».

Les concerts qui ont lieu une fois par mois, et ce, jusqu’en juillet 2022, sont financés par des donations privées. Ils ont lieu dans la chapelle de la prison. Le cadre les inscrit ainsi dans un environnement de calme et de paix.

«Ça crée vraiment un moment de recueillement intime et de partage pour ces hommes qui n’en vivent pas beaucoup», dit Nicolas Ellis.

Stéphane Roy espère quant à lui pouvoir faire durer ce projet au cours de l’année 2022-2023. Il souhaite continuer à «redonner de la dignité» aux détenus et à leur permettre «d’explorer leur monde intérieur».

L’Orchestre de l’Agora s’est donné comme mission de revoir le rôle des musiciens dans la communauté. C’est donc en parfaite harmonie que l’orchestre et la prison coopèrent à ce projet qui apporte de nombreux bienfaits aux détenus et pour leur réhabilitation.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet