Côte-des-Neiges & NDG
11:25 20 mai 2021 | mise à jour le: 20 mai 2021 à 11:25 temps de lecture: 4 minutes

Jean-Samuel Blanc: faire son nid à NDG

Jean-Samuel Blanc: faire son nid à NDG
Photo: Gracieuseté – Alouettes de MontréalJean-Samuel Blanc

Depuis cinq ans, Jean-Samuel Blanc est un athlète professionnel des Alouettes de Montréal dans la Ligue canadienne de football (LCF). Depuis cette même période, il a élu domicile dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce avec sa femme.

S’étant installé en 2015, Blanc s’épanouit dans son nouveau quartier. «C’est très familial, c’est un très beau quartier actif. Il y a une épicerie et un métro proche, donc c’est facile d’aller au Stade Olympique pour les entrainements», explique l’ailier défensif qui doit se rendre aux installations des Alouettes assez souvent.

Jean-Samuel Blanc a même deux restaurants de prédilection. «J’aime bien cuisiner chez moi, mais sinon, j’aime bien O Fish et PizzaDélic», explique l’athlète. Les deux restaurants sont situés sur la rue Monkland tout juste à côté de l’avenue Girouard. Âgé de 30 ans, Blanc préfère désormais les soirées plus tranquilles à la maison avec sa femme.

Le fils d’immigrants est sans doute lassé des allers-retours qu’il a si longtemps faits durant son parcours scolaire. Jean-Samuel Blanc faisait le trajet de Laval jusqu’au College , aux abords de l’autoroute 19 et du boulevard Henri-Bourassa. Au cégep, c’est à Vanier situé dans le quartier Saint-Laurent que l’ailier défensif a étudié pendant 3 ans. Il a conclu son parcours scolaire à l’Université de Montréal où il a étudié pendant 4 ans. Tout ce trajet était pour une raison bien précise. «Je ne me voyais pas dépenser de l’argent dans un appartement quand je m’entendais bien avec mes parents. C’est sûr qu’à l’université, c’était tentant pour les partys», relate le gaillard de six pieds un pouce.

Titulaire d’un baccalauréat en étude et sécurité policière, le Québécois n’a pas pu toucher d’argent de son équipe professionnelle en 2020 dû à la saison annulée. Il a donc été proactif pour continuer à payer son loyer. «Quand tu achètes quelque chose comme un meuble, tu as un livre d’instruction pour le monter, avec l’argent tu n’as pas d’instruction, j’ai donc aidé des jeunes financièrement pendant la dernière année», explique l’homme touche à tout. Jean-Samuel Blanc estime avoir aidé plus d’une dizaine de jeunes et expliquait faire de l’argent quand ceux-ci en faisaient. Pour payer son loyer, il a également bénéficié d’une autre aide. «Mon propriétaire a été gentil aussi. Il m’a aidé pendant la pandémie», relate-t-il, reconnaissant.

Du football en 2021?

Depuis 2020, les Alouettes de Montréal ont procédé à plusieurs changements. De nouveaux propriétaires sont en place et Dany Maciocia, ancien entraineur-chef de Blanc avec les Carabins, est désormais directeur général de l’équipe. Depuis son arrivée, Maciocia a amené pas moins de 16 Québécois avec l’équipe.

«C’est le fun, on va pouvoir parler français dans le vestiaire, mais peu importe d’où tu viennes, ça ne change rien, on va t’inclure quand même», tempère Jean-Samuel Blanc. Comme l’ailier défensif légendaire, John Bowman n’est plus avec l’équipe, cela laisse un poste disponible sur le front défensif pour Blanc. Ce dernier veut toutefois améliorer les unités spéciales dont il est le capitaine depuis 2019. «C’est sûr qu’un poste en défensive ça serait super, mais je souhaite amener les unités spéciales à un autre niveau pour 2021», rétorque le principal intéressé.

On ne sait toujours pas s’il y aura une saison au Canada cet été, mais le Lavallois est positif. «J’ai confiance, mais je ne pense pas qu’on va suivre le calendrier établi», tempère Blanc. Le premier match préparatoire des Alouettes doit avoir lieu le 28 mai. Après avoir gagné un Bol d’or au secondaire comme au cégep en plus de la Coupe Vanier à l’Université, Blanc ne devrait pas manquer de motivation pour tenter de mettre la main sur la Coupe Grey dès cette année, avec un groupe revampé.

Articles similaires