Hochelaga-Maisonneuve
19:48 11 novembre 2020 | mise à jour le: 11 novembre 2020 à 19:48 temps de lecture: 2 minutes

Hochelaga : une épicerie veut régler les nuisances sonores

Hochelaga : une épicerie veut régler les nuisances sonores
Photo: FELIX O.J. FOURNIER LAPRESSE L

La nouvelle épicerie Valmont n’était pas encore inaugurée dans Hochelaga que déjà des voisins se plaignaient sur les réseaux sociaux du bruit quasi-insupportable généré par ses condensateurs. Après une semaine de recherches collectives, une solution semble avoir été trouvée.

Les voisins de l’épicerie Valmont de la rue Ontario ont eu la bien mauvaise surprise de constater la semaine dernière que les condensateurs installés sur le toit du bâtiment, juste devant leurs fenêtres, étaient tout sauf silencieux.

Le récit de cette situation déplorable, partagé sur Facebook avec une vidéo à l’appui, a généré l’empathie et l’indignation de plusieurs centaines d’internautes. Les citoyens expliquaient avoir dû se reloger dans un Airbnb en attendant que les nuisances soient résolues.

«La Ville a interdit les systèmes de réfrigération à l’eau, alors on a dû s’équiper de condensateurs qui passent par l’air, explique Yves Landry, propriétaire du magasin. Ces appareils ventilent la chaleur du magasin vers l’extérieur, mais dès leur installation, la semaine dernière, j’ai reconnu que leur bruit n’était pas supportable pour les voisins.»

Recherche de solutions

M. Landry et la direction du groupe Valmont disent avoir travaillé en collaboration avec les citoyens affectés dès que le problème est survenu. Les «victimes» de la nuisance des condensateurs n’ont pas souhaité témoigner, mais ils confirment que «tout le monde est de bonne foi dans le règlement de cette situation».

«Des murs pare-son ont été installés hier, comme solution temporaire, pour limiter la nuisance sonore, explique M. Henri. Dès le printemps, on va renforcer ce système pare-son, mais aussi aménager le toit pour qu’il soit plus vert et esthétique.»

«Nos relations avec le voisinage sont très bonnes, contrairement à ce qu’on peut lire sur les réseaux sociaux. On communique, on s’est rencontrés plusieurs fois et on cherche des solutions.» – Yves Landry, propriétaire de l’épicerie Valmont à Hochelaga

Articles similaires