Lachine & Dorval
21:43 11 mars 2020 | mise à jour le: 12 mars 2020 à 06:39

Autre «Pellete-in» symbolique

Autre «Pellete-in» symbolique
Photo: Josie DesmaraisUne vingtaine de cyclistes se sont rassemblés sur la piste multifonctionnelle du Canal de Lachine pour un «pellete-in», afin de réclamer un axe cyclable accessible à l’année entre le grand sud-ouest de Montréal et le centre-ville.

Piétons et cyclistes ont frappé à grands coups de pelle la surface glacée de la piste cyclable du Canal-de-Lachine, en fin de journée mercredi, afin de revendiquer son accès à l’année.

Depuis plusieurs années, ce «pellete-in» sert à interpeller la direction de Parcs Canada, qui gère le site.

Alors que le cyclisme d’hiver gagne en popularité, «on dénonce le refus catégorique de déneiger la piste cyclable et on demande de poser des actions concrètes», fait valoir Camille Girard, co-porte-parole de l’Association pour la mobilité active du Canal-de-Lachine, organisateur de l’événement.

Ce lien cyclable accueille l’été quelque 7500 cyclistes et relie le centre-ville aux arrondissements Le Sud-Ouest, Verdun, LaSalle et Lachine.

L’absence d’entretien hivernal met en danger la vie des cyclistes, estime Mme Girard.  Plusieurs doivent côtoyer les voitures et camions lourds sur les rues Saint-Patrick, Notre-Dame ou Wellington.

Pour sa part, la Coalition Vélo de Montréal déplore que rien n’a bougé depuis 10 ans, alors qu’une première pétition avait été déposée pour sensibiliser Ottawa à leurs revendications.

«Avec le déneigement de la piste multifonctionnelle du pont Samuel-De Champlain et des essais très prometteurs effectués sur la piste du pont Jacques-Cartier, toutes deux de compétence fédérale, celle du Canal-de-Lachine demeurera probablement la seule sous juridiction fédérale à ne pas être entretenue l’hiver. Nous avons assez attendu», affirme le porte-parole, Daniel Lambert.

Le projet d’entretien a l’appui du conseiller de Ville-Émard, Alain Vaillancourt, depuis le début. «À l’arrondissement, nous avons proposé de déneiger nous-même la piste. Ça avance à pas de tortue», précise-t-il.

M. Vaillancourt a l’intention de poursuivre les démarches et garde espoir de convaincre Parcs Canada, responsable de la piste cyclable depuis 1974.

Articles similaires