LaSalle
15:45 4 mai 2018 | mise à jour le: 4 mai 2018 à 15:45 temps de lecture: 2 minutes

4e panel de la CCISOM

4e panel de la CCISOM
Photo: Photo: Métro Média - Justine Gravel

Les maires et mairesses de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest se sont adressés à des gens d’affaires, lors du 4e panel de la Chambre des commerces et de l’industrie du Sud-Ouest de Montréal (CCISOM). Ils ont abordé les questions de mobilité et de revitalisation des secteurs commerciaux et industriels dans leurs territoires

«Le plus clair du temps, LaSalle est congestionné, indique la mairesse de LaSalle, Manon Barbe. Nous avons un territoire enclavé. Pour entrer et sortir, ce n’est pas toujours évident.»
Selon Mme Barbe, cela est en partie dû aux travaux en cours de l’échangeur Turcot.

Elle a également réitéré l’importance de deux points du plan local de déplacement, adopté en 2016, soit améliorer les accès à LaSalle à partir du réseau routier et favoriser les transports collectifs.

«L’échangeur Saint-Pierre ne devra pas seulement être rénové, mais reconstruit dans son entièreté pour que la circulation soit beaucoup plus fluide et que LaSalle soit mieux desservie», fait-elle valoir.

Le prolongement de la ligne verte à Angrignon, de même qu’un passage de la ligne rose dans LaSalle, sont tout autant d’option envisagées par Mme Barbe, qui a rencontré la mairesse Valérie Plante à ce sujet.

Favoriser la mobilité entre Lachine et LaSalle est aussi un enjeu de taille pour les deux élues de ces arrondissements.

Revitalisation
Concernant les activités commerciales, Manon Barbe estime que l’arrondissement n’a pas besoin d’être revitalisé. «Nous avons moins de 15% de zones vacantes. On ne parle pas de revitalisation mais plutôt de mutation, à LaSalle», précise-t-elle.

Elle a invité les entrepreneurs présents au panel à investir. «Il y a beaucoup d’immeubles commerciaux bâtis sur un étage, prêts à céder leur place à des bâtiments à usage mixte, tout le long du boulevard Newman, dit-elle. C’est une très belle opportunité d’affaire.»

Elle a également indiqué que Montréal avait décrété que le quartier Angrignon était un des pôles de construction domiciliaires les plus porteurs de la Ville. «On parle de milliers de nouvelles familles qui vont venir s’installer là d’ici cinq ans. Plusieurs sites se prêtent à la requalification urbaine», ajoute-t-elle.

Chacun des maires s’est dit prêt à travailler avec ses homologues du Grand Sud-Ouest pour aller de l’avant dans leurs projets communs.