LaSalle

Lametti et Dhillon réélus à LaSalle

Lametti et Dhillon réélus à LaSalle

Les châteaux forts de l’ouest de l’île n’ont même pas tremblé. Chacun des députés sortants a été facilement réélu, et ce, avec une majorité écrasante. Anju Dhillon a été la première Libérale à recevoir l’aval de la population dans la circonscription de Dorval-Lachine-LaSalle. Elle a enregistré plus de 18 000 voix d’avance, soit 53% du suffrage.  Des résultats comparables à l’élection précédente, il y a quatre ans.

Le Bloc québécois (BQ) a pris la deuxième place. Le candidat Jean-Frédéric Vaudry a obtenu 17% des voix, doublant presque son résultat décroché aux élections de 2015. Il avait terminé au quatrième rang.

La néodémocrate Lori Morrison et la conservatrice Céline LaQuerre ont quant à elles pris la troisième et quatrième position, respectivement.

Dans LaSalle-Émard-Verdun, le ministre de la Justice sortant, David Lametti, a assuré sa réélection en arrachant 43% des votes, soit une majorité plus de 9 900 voix. Même si le Parti libéral forme désormais un gouvernement minoritaire, M. Lametti croit que les dossiers pourront être menés jusqu’au bout, en collaborant avec les autres partis.

«Le peuple nous a demandé de travailler ensemble et trouver des solutions, surtout pour des enjeux comme les changements climatiques», affirme celui qui fait aussi de la construction de logements abordables l’une de ses priorités.

La candidate BQ, Isabel Dion, a également réussi à se faufiler au second rang avec 24% des suffrages, améliorant le score du parti. En 2015, la formation bloquiste avait terminé troisième avec 17% de l’appui populaire.

Elle a qualifié la performance du Bloc de réussite. «Pour moi, c’est une deuxième place et on a doublé le résultat de 2015. Cela envoie comme message que le Québec est vivant et que le Québec a envie d’être respecté dans ses valeurs et son identité», soutient-elle.

Le Nouveau parti démocratique (NPD) a pris la troisième place avec 16% des votes, un score plus bas qu’en 2015 où la formation avait terminé au second rang. Le candidat néodémocrate, Steven Scott, admet que la campagne a été difficile pour son parti.

«C’est une vague du Bloc au Québec même dans notre circonscription. J’ai fini troisième alors que j’espérais finir deuxième. Je n’ai pas de regret par rapport à ma campagne. Nous n’avons pas beaucoup d’argent, pas beaucoup de bénévoles alors c’est certain que c’est plus difficile pour nous», commente-t-il.