Le Plateau-Mont-Royal

Quand l’Art et la Coiffure s’unissent pour la santé mentale

Le fondateur de Coups de Pinceaux Coups de Ciseaux, Gabriel Julien dans les locaux de la galerie
Gabriel Julien, le fondateur de Coups de Pinceaux Coups de Ciseaux Photo: Quentin Dufranne/Métro Média

C’est dans le but de venir en aide aux personnes dans le besoin que la galerie d’art Coups de Pinceaux Coups de Ciseaux s’est associée en septembre 2020 au salon de coiffure Cam et Roro. Leur objectif: offrir des coupes de cheveux gratuites financées par la vente d’œuvres d’art.

Lorsque Gabriel Julien, fondateur du projet et de la galerie, a rejoint en tant que gestionnaire le salon de coiffure situé au 4603 boulevard Saint-Laurent, il a vite exprimé son désir de venir en aide aux personnes vivant avec des troubles de santé mentale.

Pour les fondateurs du projet, qui sont eux-mêmes touchés directement ou indirectement par cet enjeu, il était essentiel de venir en aide aux personnes dans le besoin et de sensibiliser le public à ce sujet.

Pancarte devant le salon de coiffure Cam et Roro et la galerie Coups de Pinceaux Coups de Ciseaux
Pancarte devant le salon de coiffure Cam et Roro et la galerie Coups de Pinceaux Coups de Ciseaux ; Photo : Quentin Dufranne / Métro Média

«Je voyais plein de gens sans moyens qui ne prenaient pas soin d’eux au niveau esthétique, explique Gabriel Julien. Ce n’est pas leur priorité, car il faut payer le loyer, mais avoir une coupe de cheveux assurée, ça aide.»

La galerie se donne les trois mandats suivants: offrir des coupes de cheveux à des personnes dans le besoin, donner de la visibilité aux artistes locaux et sensibiliser le public à la santé mentale.

Une symbiose entre le salon de coiffure et la galerie d’art

C’est avec beaucoup de détermination que depuis septembre 2020 Gabriel Julien et ses deux partenaires Yvan Dias et Camille Gosselin-Turcotte, cofondateurs et propriétaires du salon de coiffure Cam et Roro, se sont lancés dans cette aventure.

Devanture du salon de coiffure Cam et Roro et de la galerie Coups de Ciseaux Coups de Pinceaux
Devanture du salon de coiffure Cam et Roro et de la galerie Coups de Ciseaux Coups de Pinceaux ; Photo : Quentin Dufranne / Métro Média

«Sans Cam et Roro, Coups de Pinceaux Coups de Ciseaux n’existerait pas, explique Gabriel Julien. Le salon nous offre gratuitement les locaux jusqu’à tant qu’on soit assez solide, c’est la seule façon qu’on a de survivre présentement.»

Un impact social majeur

Au départ, ils offraient des coupes de cheveux une fois par mois. Les premiers usagers venaient principalement de la clinique Jeune Adultes Psychotiques (JAP) du CHUM.

Leur carnet de contacts a ensuite grossi et le nombre d’organismes et d’institutions désirant se lier au projet a grandi. Il compte désormais plus de cinq organismes associés.

«Ils se sentent bien rapidement ici, on leur offre le café, l’eau, on ne leur demande rien», explique Gabriel Julien.

C’est une préoccupation en moins et un moment de détente pour les personnes qui viennent se faire couper les cheveux dans ce salon peu ordinaire ou art et culture s’entremêlent.

«Je note toujours cinq belles choses qui m’arrivent dans ma journée, je vais vous mettre dans ma liste de mercis du soir», a expliqué une des bénéficiaires à Camille Gosselin-Turcotte, après qu’elle lui a coupé les cheveux.

«J’ai remarqué une progression chez ces gens-là, ils veulent revenir pour parler avec les gens, interagir avec l’espace et regarder les nouvelles œuvres qui sont accrochées», explique Stéphanie Talissé, coordinatrice du programme d’art et intervenante au centre de jour St-James.

La galerie d’art est toujours à la recherche d’organismes qui pourraient se joindre à eux et leur référer des personnes pour recevoir une coupe de cheveux.

Ils me regardent et je sais que ça a fait leur journée.

Camille Gosselin-Turcotte, coiffeuse et propriétaire du salon Cam et Roro

Donner de la visibilité aux artistes

La galerie reverse les deux tiers des bénéfices des ventes reversés aux artistes. Elle a déjà réussi à récolter 15 000 $ pour les artistes exposants. Le reste des gains sert quant à lui à la promotion du projet, au développement de la galerie. Il permet aussi de payer une somme symbolique de 20 $ pour couvrir les frais de déplacement des coiffeurs.

La première exposition 100 artistes pour une santé mentale sans tabou a eu lieu en janvier dernier. Après avoir donné une bonne visibilité au projet, elle reviendra du 15 novembre au 15 décembre prochain.

Exposition d'œuvres d'art dans la galerie
Exposition d’œuvres d’art dans la galerie ; Photo : Quentin Dufranne / Métro Média

Chaque année, la galerie organise quatre expositions collectives où une quarantaine d’artistes peuvent exposer. Le reste du temps, la galerie propose la location de murs.

La galerie d’art Coups de Pinceaux Coups de Ciseaux est un projet innovateur unissant art et coiffure pour aider les personnes dans le besoin.

Articles récents du même sujet