Hochelaga-Maisonneuve
10:31 21 août 2020 | mise à jour le: 21 août 2020 à 16:24 temps de lecture: 3 minutes

Trêve et entente de principe avec des syndicats du Port de Montréal

Trêve et entente de principe avec des syndicats du Port de Montréal
Photo: Naomie Gelper/MétroLe Port de Montréal

En grève depuis deux semaines, le Syndicat des débardeurs (SCFP 375) s’est entendu avec l’Association des employeurs maritimes (AEM) pour la mise en place d’une trêve de sept mois au port de Montréal.

Le représentant syndical des 1125 débardeurs représentés, Michel Murray, et le président de l’AEM, Martin Tessier, l’ont confirmé lors d’une conférence de presse conjointe vendredi après-midi.

«Les parties se sont engagées à avoir aucun moyen de pression de part et d’autre dans le but d’arriver à une entente négociée entre maintenant et le 21 mars 2021», a déclaré M. Tessier sans entrer dans les détails de l’entente.

Les navires devraient revenir progressivement vers le Port de Montréal, a ajouté M. Murray. Cela pourrait prendre deux semaines avant un retour à la normal, a-t-il estimé.

Le plan de retour au travail est prévu pour dimanche matin. «On veut rouvrir le port et relancer l’économie», a souligné le président de l’AEM.

Entente sur des conteneurs de matériel médical

La veille, les parties sont aussi arrivés à une entente sur une partie des conteneurs que l’employeur voulait sortir du port en temps de grève, à l’aide de «scabs».

«Tous les conteneurs de matières dangereuses et ceux liés à la COVID-19 seront sortis dans les prochaines heures par des débardeurs membres du local 375», a écrit le Syndicat des débardeurs jeudi soir. Cela représente 116 des 477 conteneurs que l’employeur désirait déplacer.

Le syndicat a aussi accepté de terminer le déchargement d’un navire déjà à quai contenant du sucre.
Mercredi matin l’AEM avait déclaré que, sans la collaboration du syndicat, la marchandise sera déplacée par du personnel de remplacement.

Les débardeurs du port de Montréal avaient répondu qu’un éventuel recours à des travailleurs de remplacement ne ferait qu’attiser les tensions au cœur du conflit de travail.

Le 10 août dernier, les débardeurs du port de Montréal avaient déclenché une grève générale illimitée.

La question des horaires de travail, notamment en ce qui a trait à la conciliation travail et vie personnelle, était au coeur des négociations.

La convention collective entre le Syndicat et l’AEM est échue depuis le 31 décembre 2018.

Entente de principe avec les vérificateurs

Une entente de principe a aussi été conclue vendredi matin entre la partie patronale et le syndicat des vérificateurs du Port de Montréal qui regroupe 150 membres.

Dans sa déclaration officielle, l’employeur indique que le comité exécutif des vérificateurs soumettra, pour vote, cette entente à ses membres lors d’une assemblée prévue le 24 août 2020.

Articles similaires