Mercier & Anjou

Croisière historique: découvrir l’histoire de son quartier à partir du fleuve

La croisière de l’Atelier d’histoire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, une belle manière de découvrir l’arrondissement. Photo: Jason Paré, Métro Média

Des croisières historiques sur le fleuve Saint-Laurent proposent aux résidents de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve de découvrir leur quartier sous un angle différent.

Partant de la promenade Bellerive et se terminant dans les environs de la rue Moreau, la croisière s’arrête entre autres à l’ancienne cale sèche de la Canadian Vickers, située à proximité de la rue Viau. Un arrêt qui permet d’avoir une vue impressionnante sur le silo numéro 4.

Avec ses 350 silos contenant jusqu’à 4000 tonnes chacun, le silo no 4 peut stocker 262 000 tonnes de céréales et charger jusqu’à 5500 tonnes de grain à l’heure. Photo: Jason Paré, Métro Média

La navette fluviale passe également au large de la raffinerie Sucre Lantic, anciennement connue sous le nom de St Lawrence Sugar Refinery, une construction qui a été érigée il y a plus d’un siècle.

« C’est ce que j’aime de cette croisière, ça ne s’adresse pas à des étrangers, ça s’adresse à des gens du quartier. Quand les gens font des croisières de ce type, ça leur permet de mieux comprendre l’univers où ils vivent », raconte le guide la croisière, Frédéric Gagné.

Organisée par l’Atelier d’histoire Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, en collaboration avec le port de Montréal et les navettes fluviales Navark, une première croisière a eu lieu le 12 septembre dernier, lors d’une journée ensoleillée idéale pour ce type d’activité.

Métro a eu l’opportunité d’embarquer à bord et de constater l’enthousiasme des passagers, plusieurs affirmant vouloir refaire la croisière et d’autres prenant plaisir à partager leurs connaissances avec le guide sur leur quartier auquel ils sont visiblement attachés.

En 1967, le port de Montréal manipule son premier conteneur, une invention de Malcom McLean pour contrer le trop long transbordement en vrac des marchandises. Photo: Jason Paré, Métro Média

Une géographie déterminante

Guide pour des croisières sur le fleuve Saint-Laurent depuis une quinzaine d’années, M. Gagné a été contraint de prendre une pause à cause de la COVID-19, la visite du 12 septembre étant sa première depuis 2019.

« J’étais un peu nerveux, mais finalement, ç’a très bien été », confie le guide.

Au-delà de l’histoire des infrastructures portuaires, ce qui fascine le plus Frédéric Gagné lors de la visite, c’est de parler de la géographie du fleuve.

« La position géographique de Montréal est exceptionnelle. On est bien mieux positionné que des villes comme Toronto et on a d’autres avantages par rapport à Halifax, ce qui fait que le port de Montréal est nettement plus gros que ceux de ces deux villes. »

L’un de ces avantages, c’est la proximité du port de Montréal avec les marchés de l’Est canadien et du Midwest américain.  

Si la prochaine croisière du 26 septembre affiche déjà complet, d’autres devraient être proposées l’an prochain.  

Articles récents du même sujet