Montréal-Nord

Le parc Henri-Bourassa et la place de l’Espoir

La place de l'Espoir
La place de l'Espoir Photo: Josie Desmarais, Métro

Le parc Henri-Bourassa semble ne faire qu’un avec l’école secondaire du même nom.

Il faut dire que les élèves sont nombreux à en profiter sur l’heure du midi et après les classes.

Poumon du Nord-Est, le parc comprend des terrains de soccer et de basketball de même qu’un planchodrome (skatepark) avec modules accessibles sans réservation jusqu’à 23h, tous les jours de l’été.

Pôle aquatique

Depuis l’été dernier, les baigneurs ont de nouveau accès à piscine de l’école Henri-Bourassa, qui comprend désormais une entrée distincte pour les citoyens. Dans le bassin de 25 mètres, se tiennent les entraînements du Club de natation de Montréal-Nord et les cours d’aquaforce pour les aînés.

Ce nouveau pôle aquatique comprend aussi une pataugeoire pour les enfants en bas âge de même que les jeux d’eau, très populaires auprès des petits du quartier et même de certaines grandes personnes.

Des jeunes jouent sur les terrains de soccer près du pavillon Henri-Bourassa, dans l’arrondissement Montréal-Nord. / Josie Desmarais/Métro

Un nouveau pavillon

Le parc a aussi depuis l’an dernier un nouveau pavillon où se tiennent plusieurs activités pour les citoyens, dont les ruches d’art et les cours d’autodéfense pour les filles.

La programmation comprend régulièrement des expositions dans les salles aux immenses vraies vitrées. Elles ont été conçues pour être multifonctionnelles et recevoir différents types d’événement.

Dans les dernières semaines, on y tenu le Gala de reconnaissance de l’action bénévole, avec des tables à cocktail et une scène installés à l’extérieur. Le conseil d’arrondissement s’est même réuni à cet endroit pendant les travaux du toit de la mairie.

La place de l’Espoir

Près du stationnement du parc se trouve la place de l’Espoir, inaugurée en 2018, soit dix ans après la mort du jeune Fredy Villanueva sous les balles d’un policier. Cet espace public de 22 000 pieds carrés a en son centre le «banc de l’espoir».Sur la plaque commémorative, le nom de Fredy est mentionné, de même qu’un passage du rapport du coroner André Perreault: «Il ne méritait pas de mourir.» Une «petite victoire» pour la famille et les organismes en soutien à la cause du jeune homme, qui auraient au départ vu y voir une murale.

Le saviez-vous?

En 1949, à l’est de l’avenue Brunet, il n’y avait que des champs, comme en témoigne cette photographie aérienne fournie par la Société d’histoire et de généalogie de Montréal-Nord.

Montréal-Nord à l’est de l’avenue Brunet en 1949.

La ville des fleurs

Rue des Lilas, rue des Tulipes, avenue des Violettes; bienvenue dans «La ville des fleurs», à l’est du boulevard Lacordaire. Ce secteur de Sainte-Colette a été développé à partir de 1958 par Claude Legault construction, explique Jean-Paul Guiard, de la Société d’histoire et de généalogie de Montréal-Nord. L’une des rues porte d’ailleurs le nom de Claude Legault.

Ce texte a été rédigé dans le cadre de la série Vivre Ici. Ce dossier estival produit par Métro Média présente des lieux d’intérêt situés aux quatre coins de la métropole. L’objectif : faire découvrir aux Montréalais et Montréalaises les endroits où il fait bon s’activer, se promener et se détendre.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Articles récents du même sujet