Soutenez

Marie-Livia Beaugé: d’avocate engagée à aspirante députée

Me Marie-Livia Beaugé
Me Marie-Livia Beaugé Photo: Denis Germain / Métro

Pour la première fois de l’histoire, le Parti libéral du Québec tiendra une investiture dans la circonscription de Bourassa-Sauvé, afin de déterminer qui se présentera sous sa bannière aux élections du 3 octobre. Métro vous présente cette semaine le portrait des aspirantes candidates. Aujourd’hui, Marie-Livia Beaugé.

Me Marie-Livia Beaugé ne peut pas rester silencieuse devant les injustices. Elle-même victime de profilage racial dans sa jeunesse, elle a décidé d’étudier le droit pour aider les autres. Dans les dernières années, elle a fondé la Clinique juridique du Grand Montréal à Montréal-Nord et s’est impliquée dans le mouvement Black Lives Matter. Elle veut se lancer en politique pour changer les choses.

L’avocate et activiste a grandi à Côte-des-Neiges, un quartier avec des enjeux similaires à ceux de Montréal-Nord. «J’ai grandi dans des logements insalubres. Mon père était chauffeur de taxi et ma mère, éducatrice», explique-t-elle.

Je n’ai jamais pu rester silencieuse devant les injustices. J’ai toujours eu cette fibre revendicatrice.

Me Marie-Livia Beaugé, aspirante candidate à l’investiture du PLQ

Après un baccalauréat par cumul à l’Université de Montréal, elle a entamé ses études de droit à l’UQÀM. «On faisait des consultations ponctuelles au Centre multiethnique, au Centre communautaire de Montréal-Nord, sur Salk. C’est comme ça que ç’a commencé», raconte-t-elle.

Elle a donc établi la Clinique juridique de Montréal-Nord, installée pendant un an dans les bureaux d’Hoodstock, groupe auprès duquel elle s’était engagée après la mort de Fredy Villanueva sous les balles d’un policier, en 2008.

Elle vient tout juste de trouver une maison dans le quartier, avec son conjoint.

Inspirée par Paule Robitaille

Pour l’avocate engagée, l’année 2020 a été déterminante, avec la mort de George Floyd et le mouvement Black Lives Matter. Elle a organisé des manifestations, participé à des commissions et accordé des entrevues pour défendre la cause.

«On n’a pas été entendus. Le profilage racial n’était pas pris au sérieux, le racisme systémique non plus […] C’est là que je me suis dit que je pourrais me lancer en politique, pour faire entendre la réalité des gens.»

Elle a d’abord lorgné du côté de Québec solidaire avant de choisir le PLQ, inspirée par la présence sur le terrain de la députée actuelle de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille.

Au Congrès des membres du PLQ en novembre, elle a été séduite par le programme de la cheffe, Dominique Anglade. «C’est un programme en faveur du bien-être de tous, qui rejoint mes valeurs et qui est réaliste, beaucoup plus que celui de Québec solidaire. Le PLQ a plusieurs fois mené à bien des gros projet», souligne-t-elle.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.