Culture
10:27 11 septembre 2020 | mise à jour le: 11 septembre 2020 à 10:27 temps de lecture: 5 minutes

Une rentrée théâtrale sous le signe des mesures sanitaires

Une rentrée théâtrale sous le signe des mesures sanitaires
Photo: Gracieuseté - Melany_BernierAriel Ifergan incarne un bijoutier de confession juive, Joseph Haffmann.

C’est un retour sur les planches qui s’amorce pour plusieurs comédiens en cette rentrée culturelle. Parmi eux, l’acteur outremontais Ariel Ifergan. Il tiendra le rôle principal de la pièce Adieu Monsieur Haffmann qui suscite l’engouement du public au Théâtre du Rideau vert.

La reprise des activités théâtrales se fera sous le signe des mesures sanitaires. Alors qu’elle avait finalisé l’adaptation depuis des mois, Denise Filiatrault a dû revoir toute la mise en scène de cette création française afin d’être conforme aux recommandations de la Santé publique. Les émotions se joueront à 1,5 mètre de distance.

«Dans certains moments, tel et tel personnage se seraient serré la main, se seraient embrassés ou pris dans les bras. Mais là, on ne peut pas le faire. Et je pense que le public va le comprendre. Certains ne vont pas le remarquer du tout», explique Ariel Ifergan, qui assure que la compréhension de l’histoire ne s’en voit pas altérée.

Dans cette œuvre qui nous plonge en 1942, à l’époque où la France est sous occupation allemande, l’artiste incarne le bijoutier juif Joseph Haffmann. Un père de famille délicat et discret qui a réussi à faire fuir ses enfants et sa femme vers la Suisse.

Les contraintes ont forcé la production à faire parfois preuve d’ingéniosité, reconnaît M. Ifergan. «Il a fallu trouver des moyens pour limiter les dégâts pour que ça ne fasse pas trop étrange à certains endroits, mentionne-t-il. Mais là, on est passé par-dessus, on se concentre vraiment sur le travail.»

Les cinq comédiens qui composent la distribution doivent porter le masque lors des répétitions, une mesure qui sera absente au moment des représentations. Pour le public, ce retour au théâtre se fera aussi dans des conditions particulières. Malgré cela, la vente de billets se porte bien. Des supplémentaires ont même été ajoutées à l’horaire.

La billetterie n’a jamais reçu autant d’appels touchant de spectateurs heureux. Ils ont hâte de retourner en salle, relate M. Ifergan, qui avait travaillé aux côtés de Denise Filiatrault dans la pièce Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? en 2017.

Parallèles

L’oeuvre du dramaturge français Jean-Philippe Daguerre présente la naissance d’une curieuse cohabitation entre trois protagonistes. M. Haffmann craint les soldats allemands qui ont pris le contrôle de Paris. Il demandera à son assistant Pierre Vigneault de prendre le relais de la boutique. La femme de ce dernier, Isabelle, habitera aussi dans la bijouterie pendant que M. Haffmann se cachera au sous-sol.

«C’est une pièce dramatique, mais on a identifié plein d’endroits où je pense que le public va rire beaucoup, même si les personnages rient peu puisqu’ils vivent des choses tellement difficiles, décrit le comédien. Il y a beaucoup d’humour dans l’écriture de Jean-Philippe Daguerre. Et il y a aussi beaucoup de suspense.»

Même si aucune comparaison ne peut être établie entre la pandémie et l’occupation de la Seconde Guerre mondiale, certains parallèles peuvent être dressés avec la pièce et aujourd’hui, selon M. Ifergan. Il donne l’exemple du confinement et de M. Haffamann qui doit se terrer.

«Ce que tout le monde a vécu, ce n’est pas comparable du tout. Mais tout d’un coup, les petites choses simples qu’on pensait vraiment pour acquises, elles nous ont été retirées pendant une courte période pour de bonnes raisons. Se faire retirer notre quotidien riche qu’on apprécie, quand on le récupère, on se rend compte à quel point c’est précieux», analyse-t-il.

Contrats

Outre la pièce au Théâtre du Rideau vert, le comédien ayant grandi dans Côte-des-Neiges est loin de chômer cet automne, après avoir perdu quelques contrats.

«Depuis que c’est reparti, je suis très chanceux, je suis très occupé, raconte celui qui a 21 ans de métier. Ç’a été un petit choc le retour. Tout était sur la glace pendant des mois et tout d’un coup, tout est pour demain.»

Le public peut le voir à la télé dans la seconde saison de l’émission jeunesse L’effet secondaire dans le rôle de M. Azem, également dans les séries dramatiques Toute la vie et Une autre histoire. Il travaille aussi sur d’autres projets qui seront dévoilés plus tard.

La pièce Adieu Monsieur Haffmann est au Théâtre du Rideau vert dès le 29 septembre avec des représentations jusqu’en novembre. Infos: rideauvert.qc.ca

Articles similaires