Mercier & Anjou
17:15 31 août 2020 | mise à jour le: 31 août 2020 à 22:31 temps de lecture: 5 minutes

REM: en route vers l’Est de Montréal?

REM: en route vers l’Est de Montréal?
Photo: François Lemieux/Metro MediaLa CCEM espère que le projet de REM puisse se développer dans l’Est aussi rapidement qu'il l'est dans l’ouest.

La prochaine phase du prolongement du Réseau express métropolitain (REM) semble en voie de se concrétiser dans l’Est de Montréal. Si cette perspective est saluée par la Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM) et l’organisme Trajectoire Québec, ce dernier remet en cause la cohérence de la planification du projet.

Le 24 août, une rencontre a eu lieu entre des membres du gouvernement caquiste et des membres de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) afin de discuter des nouveaux projets de transport en commun à Montréal, en Montérégie et à Laval.

Des photos publiées par M. Legault sur Twitter – et qui ont rapidement été retirées – laissaient entrevoir les plans du tracé du prolongement du REM.  Les images suggéraient une branche allant du centre-ville vers la pointe de l’île en longeant la rue Notre-Dame. Une deuxième branche longerait l’autoroute 25 vers le Cégep Marie-Victorin.

Cette information a été confirmée quelques jours plus tard par une source gouvernementale anonyme à La Presse. Aucune annonce officielle n’a encore été faite à cet effet.

Ce tracé comprenant deux branches avait été évoqué par Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole, en mai 2019. Le gouvernement du Québec avait alors annoncé confier à la CDPQ le mandat d’analyser la mise en place d’un «nouveau mode de transport collectif électrique». Le prolongement du REM avait alors été évoqué. En campagne électorale, la CAQ parlait plutôt de construire un tramway dans l’axe de la rue Notre-Dame.

Une bonne nouvelle pour l’Est

La perspective de ce tracé est vue d’un très bon œil pour la CCEM, qui milite pour le développement du transport collectif dans l’Est.

«Ça nous créerait un véritable levier de développement. On a beau essayer d’attirer des joueurs économiques épars, par-ci, par-là, tant qu’on n’a pas cette infrastructure de transport majeur, efficace, rapidement implanté, on va être à la traîne», indique Christine Fréchette présidente-directrice générale de la CCEM.

Un avis partagé par l’organisme Trajectoire Québec, qui a notamment travaillé avec la CCEM à l’élaboration du livre blanc «Cap sur l’Est ».

«C’est positif, surtout si on peut réduire le temps de déplacement des gens de l’est pour se rendre vers l’ouest. Aussi, de réduire le nombre d’automobiles ça va aider autant au niveau des usagers, que de l’apport modal et la réduction de GES», indique François Pépin, président de Trajectoire Québec.

Un manque de vision d’ensemble?

Malgré tout, M. Pépin déplore le fait que l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) ne semble pas avoir pris part à la réunion de la Caisse de dépôt.

L’ARTM, rappelle-t-il, prévoit publier un plan stratégique pour la région de Montréal pour 2021. «Quand on a une liste de projets, ça permet de voir les bénéfices aux usagers et à la population en général, et de les prioriser. Là, on fait des petits bouts de ligne à la fois», affirme-t-il.

Alors que plusieurs projets de transport sont demandés dans la région métropolitaine, Trajectoire Québec se questionne notamment sur la priorisation du tracé de l’Est. «On comprend l’importance de développer l’Est aussi. Mais en prenant juste un bout du plan de l’île de Montréal, ça ne permet pas d’avoir une vision d’ensemble.»

Pour sa part, la CCEM salue le fait que la Caisse de dépôt ait le mandat du REM, étant donné son expertise en la matière. D’ailleurs, Mme Fréchette indique espérer que le projet puisse se développer dans l’Est aussi rapidement qu’il l’est dans l’Ouest de Montréal.

Réorganiser le transport intra régional

Pour Mme Fréchette, il sera cependant important de réorganiser le système d’autobus en fonction des tracés d’un REM dans l’Est pour faciliter le transport intra régional.

«C’est sûr que [le REM] ne couvrira pas tout le territoire de l’Est, qui est quand même vaste. Mais déjà, si on a ces deux branches qui sont évoquées, c’est sûr que ça va créer un déblocage important pour les quartiers adjacents à ces deux tracés».

M. Pépin, pour sa part, souligne le besoin d’améliorer le transport intra régional, notamment sur l’axe nord-sud entre Rivière-des-Prairies et Pointe-aux-Trembles. De plus, il souligne que les transports sur l’axe est-ouest sont souvent trop lents, par exemple sur Beaubien ou sur Jean-Talon.

La CCEM et Trajectoire réitèrent l’importance d’aller de l’avant avec des projets de transport déjà prévus dans l’Est, notamment le prolongement de la ligne bleue, et le service rapide par bus (SRB) sur le boulevard Pie-IX.

Articles similaires