Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Jocelyn Desjardins sera candidat pour le PQ dans Pointe-aux-Trembles

Jocelyn Desjardins se présentera contre Chantal Rouleau, de la CAQ, et Simon Tremblay-Pepin, de Québec solidaire, le 3 octobre prochain. Photo: Gracieuseté, Parti Québécois

Le syndicaliste Jocelyn Desjardins souhaite reconquérir l’ancien bastion péquiste de Pointe-aux-Trembles lors des élections générales du 3 octobre prochain. D’ici là, il espère débattre de sujets tels le transport et l’environnement avec la députée sortante, Chantal Rouleau.

Jocelyn Desjardins travaille au service des communications et du recrutement du Syndicat des Métallos depuis 2012. Il a auparavant été journaliste pour Radio-Canada, et a travaillé chez Greenpeace.

Lors des élections générales du 3 octobre, il affrontera la députée caquiste sortante, Chantal Rouleau, et Simon Tremblay-Pepin, de Québec solidaire.

Mme Rouleau avait remporté l’élection générale de 2018 avec près de 39% des votes devant Jean-Martin Aussant, du Parti québécois (32,2%), mettant fin à trois décennies de pouvoir du Parti québécois dans la circonscription.

«Une mince avance», selon M. Desjardins, qui dit avoir «bon espoir» de l’emporter cet automne dans l’ancien bastion péquiste.

Mais il espère surtout que les Pointeliers seront à l’écoute des candidats durant la campagne électorale, au cours de laquelle il compte débattre de plusieurs sujets avec Mme Rouleau.

«Les Pointeliers et Pointelières ont droit, après deux ans de pandémie où on n’a eu accès qu’à un seul discours, celui du gouvernement, d’avoir un vrai débat en vue de la prochaine élection», souligne-t-il en entretien téléphonique.

«Les Pointeliers attendent une solution en transport»

M. Desjardins affirme d’emblée que les Pointeliers attendent depuis longtemps une solution en transport qui serait durable.

Le candidat péquiste dit avoir «étudié la question», mais souhaiter avant tout voir «ce que les Pointeliers disent», alors que «trop souvent, on n’écoute pas assez ce que les gens ont à dire».

Il ajoute qu’il faudra «travailler fort» sur les enjeux environnementaux, par exemple la question de la contamination des sols. Il s’intéresse notamment à la question du développement de l’ensemble résidentiel et commercial  «dans ce contexte-là». Il ajoute que des propositions seront avancées d’ici les élections.

Une vision claire pour l’indépendance

M. Desjardins était membre de l’exécutif de l’association péquiste de Crémazie en 2010, qu’il a quittée en 2011 pour ensuite fonder le Nouveau mouvement pour le Québec (NMQ).

Le NMQ était plutôt critique envers le PQ et le manque de positions claires sur l’indépendance.

Comment expliquer aujourd’hui son retour au PQ?

«[Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon] a clarifié la démarche du PQ, a remis au sein du PQ l’indépendance sur la table. Je pense que c’est là qu’il faut aller, clarifier le jeu», explique-t-il.

Bien que l’annonce de la candidature de M. Desjardins survienne alors que les récentes projections de Qc125 donnent seulement 9% des intentions de vote au PQ dans la province, le candidat dit ne pas s’en formaliser.

«Quand les Québécois vont voir que le PQ est sérieux, que les propositions qui sont faites sont pour s’occuper de notre monde, en plus de clarifier les enjeux concernant la question nationale, je pense que les gens vont voir qu’on a du mérite, que la sanction électorale a été comprise, qu’on a fait nos devoirs», lance-t-il.

Les appels à candidatures pour le PQ dans Pointe-aux-Trembles se terminaient le 27 juin. M. Desjardins était l’unique candidat.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Pointe-aux-trembles & Montréal-Est.


Articles récents du même sujet