Rivière-des-Prairies

La voie réservée sur Maurice-Duplessis partiellement suspendue

La voie réservée sur Maurice-Duplessis partiellement suspendue
Photo by: Quentin Parisis - Informateur RDP

La mairesse de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Caroline Bourgeois, a confirmé que la voie de bus sur Maurice-Duplessis serait partiellement retirée. Bien qu’elle se range derrière la décision de son Conseil municipal et la volonté des résidents, elle estime que ce retrait est une perte importante dans un quartier réputé pour son manque de transports collectifs.

Caroline Bourgeois a expliqué que le retrait partiel de la voie de bus sur le boulevard Maurice-Duplessis, entre les rues Pierre Baillargeon et André Dumas, serait effectif «dans quelques jours».

«Je veux avant tout m’assurer de la sécurité des citoyens» a mentionné la mairesse Projet Montréal de RDP-PAT, qui veut aussi «rapidement coordonner les opérations avec la STM, les services de l’arrondissement et de la Ville-centre».

Cette décision était attendue depuis plusieurs mois par de nombreux résidents du boulevard, qui considéraient cette voie réservée aux bus inutile et regrettaient la perte de stationnements qu’elle générait.

La veille de la décision de la suspension partielle de la voie de bus, l’élue de l’opposition Suzanne Décarie s’était faite la porte-parole de ses collègues d’Ensemble Montréal – toujours majoritaire au Conseil municipal – dans un communiqué. Elle avait ainsi «exigé l’application immédiate de la zone de relâchement».

«Je regrette la décision des membres d’Ensemble Montréal, car j’aurais aimé donner une chance à cette voie réservée», a commenté Caroline Bourgeois.

«Je veux être aussi la voix des usagers de la STM à Rivière-des-Prairies, qui ont exprimé leur satisfaction. Une pétition, qui a pour le moment recueilli près de 1000 signatures, est actuellement en ligne sur le site de l’Assemblée Nationale du Québec pour de meilleurs transports à Rivière-des-Prairies et la voie réservée représentait une bonification», a-t-elle poursuivi.

Suzanne Décarie a exprimé sa «satisfaction, surtout pour les résidents» après la décision de madame Bourgeois.

Le retrait de la voie de bus sur ce tronçon avait été voté le 14 novembre dernier – avant l’élection de Caroline Bourgeois – à l’unanimité par le Conseil municipal, suite à une forte pression populaire. Elle n’a pas été réalisée jusqu’à aujourd’hui en raison notamment d’un désaccord avec la STM, qui a réclamé 80 000$ de compensation, entre le prix des travaux et la perte estimée d’une subvention du ministère des Transports.

Madame Bourgeois a indiqué que des discussions devaient avoir lieu avec la STM sur le sujet, tandis que Mme Décarie trouve cette facture «disproportionnée» et entend continuer à suivre le dossier avec ses collègues. La STM n’a pas encore répondu à nos sollicitations sur la question.

Des efforts pour une meilleure acceptation sociale
Nicola Ialenti, un résident du Boulevard-Maurice Duplessis, monté plusieurs fois en première ligne pour demander le retrait de la voie réservée sur le tronçon est aujourd’hui «content», mais conserve un goût amer après cette longue saga.

«On ne pensait pas que ça prendrait de telles proportions et que ça deviendrait un grand enjeu» dit-il.

«On n’est pas contre le concept de voie réservée, mais quand on regarde ailleurs, sur Sherbrooke, sur Lacordaire, les bus ont des voies réservées dans les zones commerciales, mais pas dans les zones résidentielles, où les gens peuvent stationner. Ça, ça a du bon sens», juge-t-il.

Caroline Bourgeois, qui est arrivée au poste de mairesse «en fin de processus», estime que le projet a connu un sérieux accroc dans son acceptation sociale, et veut, dans le cadre de ses fonctions, agir différemment pour parvenir à une forme de consensus de la part des citoyens et des élus dans des projets de ce type.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Raymonde Rochon

    Bonjour Mme Bourgeois,je fais parti des gens qui est très heureuse de cette décision… moi j’ai 73 ans et j’appréciais de me stationner devant ma porte lorsque j’arrivais avec des paquets .Merci c’est une bonne décision pour la presque majorité des citoyens.