Rivière-des-Prairies

Le milieu communautaire hausse le ton et manifeste

Le député de LaFontaine, Marc Tanguay, s’est entretenu avec les différents organismes du quartier et s’est engagé à faire remonter leurs revendications. Photo: Yohann Goyat, Métro Média

Plusieurs organismes communautaires de Rivière-des-Prairies ont cessé leurs activités et se sont mobilisés afin de faire entendre leurs voix et leurs revendications au bureau du député de LaFontaine, Marc Tanguay.

Les principaux organismes de Rivière-des-Prairies ont interpellé le député Marc Tanguay en lui demandant de signer une déclaration qui l’engage à faire remonter leurs différentes revendications auprès du gouvernement du Québec.

La dernière année de pandémie de Covid-19 les a usés. Les acteurs du milieu communautaire présents ce jour-là se sont montrés à bout de souffle, surtout fatigués que leur travail ne soit pas reconnu à sa juste valeur. Aussi, ils demandent un financement annuel accru.

« Cette mobilisation est la première d’une longue série », avertit Karine Tremblay, directrice de la Corporation de développement communautaire de Rivière-des-Prairies (CDC RDP).

Nathalie Legros, directrice de La Maison de la famille Cœur, à Rivière-des-Prairies, partage le même sentiment.

Les citoyens qui font appel aux différents services de son organisme proviennent de familles épuisées, et dont les besoins sont criants, indique-t-elle.

La pandémie a empiré la situation. Nous avons, plus que jamais, besoin de financement et de reconnaissance 

Yanick Galan, directrice du Centre communautaire Le Phare

« La pandémie les a fragilisés, et c’est vers nous qu’ils se dirigent. Nous avons, plus que jamais, besoin de soutien de la part du gouvernement », affirme Nathalie Legros.

Un manque criant

« La crise de Covid-19 n’a fait qu’empirer notre situation, et par le fait même, celle des citoyens que nous aidons au quotidien », ajoute Yanick Galan, directrice de Le Centre de promotion communautaire Le Phare et présidente du C.A de la CDC RDP.

Mme Galan fait état d’une pénurie de personnel au sein de son organisme. Elle précise aussi qu’en raison d’un manque de financement adéquat, certains de ses employés quittent leur poste. « C’est désolant, nous n’avons pas les moyens financiers de les retenir », déplore-t-elle.

Au Centre des femmes de Rivière-des-Prairies, la directrice Isabelle Rivard évoque le nouveau poste d’agente de communication qu’elle vient tout juste de pourvoir.

Les nouvelles technologies de communication utilisées durant la pandémie l’ont obligée à embaucher une employée qualifiée.

« Tout personnel qualifié mérite un salaire décent et à la hauteur de ses compétences », souligne-t-elle.

De la reconnaissance

Autre point important des revendications évoquées, la reconnaissance du travail de chacun des acteurs du milieu communautaire.

« Les organismes sont en première ligne. Notre travail est significatif et il se doit d’être reconnu à sa juste valeur », s’est exprimée Isabelle Garreau, nouvellement employée comme agente de communication au Centre des femmes de RDP.

Constane Vincent, directrice de la Maison des jeunes de RDP, a interpellé le député Marc Tanguay en insistant sur le fait qu’il faut trouver des moyens pour mieux considérer les employés. « Nous n’étions pas en télétravail. Nous étions sur le terrain, le plus près possible des personnes dans le besoin », lui a-t-elle laissé savoir.

« On ne pourra jamais remplacer ces organismes. Ils demeurent un service essentiel et je m’engage, devant leurs représentants, à porter leurs revendications à l’Assemblée », s’est exprimé le député.

Malgré la motion adoptée par le gouvernement visant à reconnaître l’apport de l’ensemble des organismes communautaires autonomes à la transformation sociale et économique du Québec, les organismes sont bien déterminés à reconduire leur mouvement. D’autres manifestations et fermetures sont à prévoir jusqu’à l’adoption du prochain budget provincial prévu au mois de février 2022.

500

C’est le nombre des organismes communautaires à travers le Québec qui ont cessé leurs activités et se sont mobilisés afin de demander plus de financement et de reconnaissance au gouvernement du Québec.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet