Rivière-des-Prairies

Les dindons sauvages toujours plus nombreux par chez nous

dindons sauvages Montréal Québec
Près de 8 599 dindons sauvages ont été chassés en 2020 dans toute la région du Québec. Un nouveau record, selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Photo: Gracieuseté, Silvia Sciortino

Chaque année, ces volatiles s’aventurent toujours un peu plus près de nos habitations. Dans certains secteurs montréalais, notamment dans l’est, la cohabitation avec l’homme devient quasi habituelle. L’espèce connaît une expansion constante dans le sud du Québec en raison de la réintroduction massive de l’animal dans le nord-est des États-Unis.

Cerfs de Virginie, coyotes, dindons sauvages… À Rivière-des-Prairies et Pointe-aux-Trembles, la faune sauvage s’aventure chaque année toujours un peu plus près des habitations.

Une des raisons qui expliquerait l’avancée des volatiles serait celle des exploitations agricoles qui se sont multipliées aux alentours de la ville de Montréal.

L’est de l’île de Montréal, et notamment le parc nature de la Pointe-aux-Prairies, est une pouponnière à animaux sauvages

Richard Beauchemin – Biologiste en gestion faunique

«La ville ne s’est pas agrandie, en revanche l’agriculture s’est intensifiée autour de celle-ci, ce qui est une source de nourriture pour ces oiseaux», explique Richard Beauchemin, biologiste en gestion faunique.

Cohabitation

Aussi, les dindons sauvages se sont habitués à la présence humaine non loin de leur habitat naturel et ont pris une certaine assurance.

«La survie de l’animal dans la faune sauvage passe aussi par l’intelligence de celui-ci», rappelle le biologiste, qui a longtemps vécu à Pointe-aux-Trembles.

Le fait d’être toujours plus proche des humains conforte son sentiment de sécurité. C’est aussi en grande partie une source sûre d’alimentation pour ces oiseaux.

Pour autant, Richard Beauchemin déconseille fortement de les nourrir. «Ce geste peut les rendre encore plus dépendants de l’homme, ce qui favoriserait davantage leur venue.»

Forte expansion au Québec

Depuis les années 80, le volatile a gagné du terrain et se dirige toujours un peu plus vers le nord du Québec. Une expansion plus remarquable depuis 2008, raconte M Beauchemin.

À pareille date, les États-Unis ont réintroduit «massivement» les dindons sauvages dans les États frontaliers avec le Canada. De grandes régions agricoles s’y trouvent également, ce qui a favorisé les déplacements du volatile.

«Ces mouvements migratoires sont les conséquences d’un climat de plus en plus favorable, de nourriture abondante et d’un habitat sécuritaire», précise le biologiste.

La régularisation de la chasse aux dindons sauvages au Québec en 2008 a ainsi permis de mieux quantifier la population de ceux-ci.

«La récolte printanière au Québec du dindon sauvage a atteint un nouveau record en 2020, enregistrant 8 599 oiseaux récoltés», explique Dominique David, conseillère en communication à la Direction générale du secteur métropolitain et sud au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Mme David précise aussi que le dindon sauvage est l’une des espèces d’oiseaux ayant connu l’une des plus grandes augmentations de population ces 10 dernières années avec une hausse de 924% entre 2009 et 2019 au Québec.

51

Dans la zone de chasse 8, où se trouve l’île de Montréal, la récolte totale de dindons en 2020 a connu une augmentation de 51% par rapport à 2019

Articles récents du même sujet