Vaudreuil-Soulanges
07:00 14 mars 2021 | mise à jour le: 12 mars 2021 à 18:20 temps de lecture: 3 minutes

Année record de sauvetages pour Le Nichoir en 2020

Année record de sauvetages pour Le Nichoir en 2020
Photo: Gracieuseté

Quelque 2875 oiseaux ont été sauvés l’an dernier par le Nichoir, un record pour l’organisme depuis sa création. La pandémie serait en partie responsable de cette hausse, alors que les gens sont plus souvent à la maison ou en nature.

Le nombre d’animaux soignés dépasse de plus de 700 le sommet précédent obtenu en 2019. L’organisme, qui vient en aide aux espèces sauvages, ne s’attendait pas à enregistrer une telle augmentation.

Comme les gens étaient plus souvent chez eux, plus de personnes ont appelé en raison d’accidents, dont les collisions avec une fenêtre, estime la coordonnatrice des soins aux oiseaux, Weiyi Liu.

Un nombre plus important de personnes ont également téléphoné pendant des marches en nature en raison d’oiseaux qui ne volaient pas. Cependant, il s’agissait souvent d’une situation normale.

«Les gens ne le savent pas toujours, mais au Québec, beaucoup d’espèces d’oiseaux apprennent à voler au sol, explique Mme Liu. Donc la plupart du temps, on s’assurait que c’était bien des oisillons, on sensibilisait les gens et la maman arrivait avec un verre à la bouche, quelques minutes plus tard.»

Le fait que plus de personnes ont fait des travaux de rénovation l’été dernier a également fait monter les inquiétudes entourant les nids dans le mobilier autour des maisons.

«Souvent, on leur demande d’attendre quelques semaines pour qu’ils quittent leur nid naturellement, note Mme Liu.

La plupart des oiseaux ici sont couverts par la loi fédérale, donc c’est illégal de toucher ou déplacer leur nid.»

Défis

Le Nichoir fait face à une baisse de ressources financières en raison de la pandémie. Des collectes de fonds, normalement en présentiel, ont été annulées.

Cependant, les donateurs de l’organisme se sont montrés plus généreux, ce qui lui a permis de continuer de donner des soins, malgré leur sous-financement comparé aux années passées.

«Nos donateurs ont vraiment saisi l’occasion et ont voulu prêter main-forte, indique la coordonnatrice. On leur en est vraiment reconnaissant.»

Certains services offerts sur place ont également dû être adaptés en virtuel. Alors que les conférences sont maintenant en ligne, des programmes éducatifs sont également en train d’être élaborés via internet.

Mission

Le Nichoir travaille principalement avec des oiseaux sauvages chanteurs et aquatiques. Ils ont accueilli plus d’une centaine d’espèces l’an dernier.

Son objectif est de les soigner, tout en s’assurant qu’ils restent sauvages. «Quand on en accueille, en partant, c’est stressant pour eux parce qu’ils sont blessés et ils arrivent dans un environnement qu’ils ne connaissent pas, donc on essaye d’être le plus discret possible autour d’eux, explique Weiyi Liu. On ne veut pas non plus qu’ils s’habituent aux humains.»

Les oiseaux ont une importance capitale dans l’écosystème, ce qui rend leur sauvetage essentiel. «Ils ont un rôle tellement important que si on peut n’en sauver qu’une poignée, ça vaut vraiment la peine», soutient-elle.

L’équipe du Nichoir s’attend encore une fois à un été occupé.

Articles similaires