Verdun

Faire sa place à la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas

Faire sa place à la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas
Photo: Gracieuseté - Fondation Douglas

Depuis deux semaines, Laura Fish est la nouvelle directrice générale de la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas. Son objectif sera de récolter du financement et de mettre en valeur l’Institut en santé mentale.

Avocate fiscaliste de formation, elle a commencé sa carrière professionnelle dans le cabinet d’avocats Norton Rose Fullbright Canada LLP, anciennement appelé Norton Rose Canada. Les six dernières années, elle s’occupait de la planification stratégique et communautaire dans une association représentant la communauté juive, la Fédération CJA.

Mme Fish explique ce changement professionnel par le fait que ses parents ont toujours travaillé dans le secteur public et que son grand oncle lui a inculqué que tout un chacun a un rôle à jouer pour faire du bien autour de lui.

Quant au choix de la santé mentale, elle précise que comme un Canadien sur cinq, le sujet la touche personnellement. Sa mère aujourd’hui décédée était atteinte d’Alzheimer, une maladie qui touche aujourd’hui sa tante. Son ambition est donc encore plus grande pour réussir dans ce domaine.

«Pour moi, c’est une opportunité de jouer un rôle afin de trouver une solution à de nombreux problèmes qui touchent tout le monde et parce que l’on dispose de moins de ressources que ce dont on a besoin, expose-t-elle. C’est une problématique que l’on retrouve dans plusieurs domaines de la santé, mais par exemple, la recherche en santé mentale reçoit 4% du budget alloué à la recherche en santé.»

Verdun
La directrice générale décrit l’Institut Douglas comme étant unique. «Les chercheurs, les enseignants, les docteurs et les patients se retrouvent au même endroit, ce qui permet aux résultats de recherche d’être utilisés dans de plus courts délais par rapport aux autres contextes de recherche», souligne Mme Fish.
Elle ajoute qu’il s’agit d’un réel atout pour Montréal puisque cela permet notamment d’attirer des chercheurs du monde entier, de publier des découvertes scientifiques et d’influencer la recherche.

«Le Douglas fait à présent partie du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, rappelle Laura Fish. Cela a nécessité un ajustement, mais permet aujourd’hui de faire partie d’un important réseau et de rendre les soins plus accessibles à la population. Notre présence sur le territoire est tellement large à Verdun, c’est important pour nous d’être membre de la communauté.»

Mission
Elle explique que la mission d’une fondation est de lever des fonds pour s’assurer d’avoir les ressources nécessaires pour soutenir la recherche et d’offrir les meilleurs soins possible aux patients. Elle confirme que la récente campagne de financement de l’Institut a dépassé son objectif de 20 millions de dollars et qu’elle est toujours en cours.

«Selon moi, on ne peut pas commencer à bâtir avec des gens qui ne nous connaissent pas alors l’un de nos défis est de trouver une façon de raconter notre histoire de sorte qu’elle résonne mieux chez les gens», souligne la Montréalaise.

Elle se donne trois mois pour connaître les lieux, rencontrer les professionnels sur place et les partenaires.