Île-des-Sœurs
11:56 21 mai 2020 | mise à jour le: 21 mai 2020 à 12:27

Les locataires plus touchés que jamais par les évictions à Verdun

Les locataires plus touchés que jamais par les évictions à Verdun
Photo: Josie Desmarais/MétroLa pandémie vient accentuer la crise du logement à Montréal et plusieurs citoyens ont de grandes difficultés à trouver un logement.

Des évictions de locataires continuent d’avoir lieu à Verdun et mettent des citoyens dans une situation difficile alors qu’il est encore plus ardu de trouver un nouveau toit pendant la pandémie. Le Comité d’action des citoyens de Verdun (CACV) dénonce l’inaction de l’arrondissement qui avait mentionné en mars que des solutions étaient prévues pour protéger les locataires.

«Ce qui est clair, c’est qu’on a beaucoup plus de personnes qui perdent leur logement cette année», indique Annie Lapalme, membre du CACV. C’est le cas d’un résident de 48 ans qui a préféré garder l’anonymat et qui risque de perdre son appartement. Il est présentement le seul locataire d’un sixplex sur la 4e avenue, dans lequel il vit depuis 20 ans.

Lui et une septuagénaire étaient les seuls résidents quand une compagnie à numéro a acheté l’immeuble en février. Il dit avoir refusé un montant de 2000$ du nouveau propriétaire pour résilier son bail, tandis que la dame âgée aurait accepté une enveloppe d’argent.

Le nouveau propriétaire tenterait désormais de le convaincre sur un ton intimidant de partir puisque des travaux majeurs sont prévus.

«Il a un permis pour seulement quatre logements donc qui exclut le mien et la dame d’en haut, explique-t-il. Son excuse pour que je déménage, c’est la subdivision.»

Stratégie

Selon Mme Lapalme, il s’agit d’un exemple flagrant d’une stratégie que les propriétaires peuvent utiliser pour mettre à la porte des locataires.

«Il reste un locataire qui s’acharne et qui combat. C’est rare qu’on ait cela parce que ça prend beaucoup de courage», souligne-t-elle.

«On s’attend à une crise du logement incroyable en juillet, bien pire que ce qu’on a connu dans le début des années 2000»

Annie Lapalme, membre du CACV.

Si le propriétaire obtient le permis à l’arrondissement pour subdivision, il sera difficile pour le locataire de gagner sa cause à la Régie du logement. Le Verdunois avoue être très stressé par la situation d’autant plus que les logements sur le marché sont trois fois plus dispendieux que son loyer actuel.

«Je ne suis pas très payant pour lui et je pense que c’est pour ça qu’il veut que je déménage», dit-il.

Règlement

De nouvelles mesures apparaissent dans d’autres arrondissements. Comme dans le Sud-Ouest, où les subdivisions dans les bâtiments de trois logements et plus sont interdites.

Le CACV demande à l’arrondissement d’en faire de même. La situation est urgente, plaide Mme Lapalme. «Sur cet enjeu, les élus ont un pouvoir et on ne comprend pas pourquoi ça tarde autant à Verdun», dénonce-t-elle.

Un nouveau règlement sera proposé lors du prochain conseil pour encadrer les permis, assure  le maire de Verdun, Jean-François Parenteau.

«On veut toucher l’ensemble du cadre bâti plex, qu’on parle de duplex, quadruplex, sixplex, etc. On ne veut pas, par exemple, qu’un propriétaire enlève des logements pour faire un grand logement à l’étage. On veut légiférer là-dessus», détaille-t-il.

Toutefois, Mme Lapalme craint que le résident du sixplex perde son logement si l’arrondissement modifie la règlementation seulement lors de la prochaine séance en juin.

La conseillère d’arrondissement Marie-Andrée Mauger a admis que le conseil avait pris un peu de retard sur la question notamment en raison de la centaine d’employés envoyés en télétravail.

Elle indique que l’arrondissement travaille sur deux fronts, la création de logements sociaux et la règlementation pour protéger le parc locatif.

Articles similaires