Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension

Un toit pour les femmes immigrantes

"Un toit pour la Femme"
"Un toit pour la Femme" Photo: Gracieuseté/Afrique au Féminin

L’organisme communautaire Afrique au Féminin a lancé en octobre 2021 la campagne de financement «un toit pour la femme» afin d’acheter un nouvel immeuble pour continuer leur mission auprès des femmes issues de l’immigration récente.

L’organisme fondé en 1986 se réjouissait d’avoir ses deux locaux au 7000 avenue du Parc et au 419 rue Saint-Roch pour accueillir les femmes immigrantes. Or, il y a un an et demi, la Ville les a averties que le Centre de services scolaire de Montréal (CSDM) reprendrait les locaux de la rue Saint-Roch en décembre 2022.

Face à cette échéance, l’organisme a voulu trouver une solution pérenne pour assurer son avenir.

«On s’est dit pourquoi ne pas aller vers l’achat d’un immeuble, explique la directrice générale d’Afrique au Féminin, Rose Ngo Ndjel. L’objectif est d’avoir un toit pour la Femme immigrante et que ce toit devienne un lieu d’appartenance où elle se sent chez elle».

Après des recherches, l’organisme a finalement trouvé un immeuble au 8305 rue Durocher, mais son coût de 1 200 000 $ leur a demandé de se relever les manches afin de trouver du financement.

Grâce à des aides du gouvernement fédéral et de fondations, Afrique au Féminin a pu récolter 400 000 $ pour assurer l’achat. Il leur manque désormais 800 000$ pour l’acquisition de l’immeuble.

C’est pourquoi l’organisme a décidé de lancer en octobre dernier une campagne de financement sur le site Canadon.org. Pour le moment, les dons s’élèvent à près de 10 000$ mais l’objectif donné est encore loin d’être atteint.

L’offre d’achat a été acceptée et l’organisme a jusqu’au 3 février pour finaliser l’achat.

Après l’achat, les rénovations

Rose Ngo Ndjel explique que l’immeuble est dans un mauvais état et ne permet pas d’accueillir les femmes dans les meilleures conditions.

L’organisme a donc fait une demande de subvention de 1 200 000 $ auprès du gouvernement fédéral pour effectuer les rénovations. Aucune réponse n’a été reçue à l’heure actuelle nécessitant la recherche d’autres sources de financements.

Les rénovations permettront d’accueillir les femmes issues de l’immigration dans une trentaine de salles où l’organisme pourra continuer d’offrir ses services tels que des cours de français et d’anglais, des activités thématiques, mais aussi du dépannage alimentaire.

De plus, la directrice générale souhaite mettre sur place une « cuisine des quatre continents » pour que les femmes issues du monde entier puissent se réunir et échanger tout en cuisinant.

Pour elle, l’organisme est un lieu d’accueil essentiel pour ses femmes qui ont « beaucoup de peines » lors de leur arrivée au Canada.

« [L’organisme est un endroit] où elles peuvent se sentir femmes et aussi sourire tout en rencontrant d’autres femmes », explique Ngo Ndjel Rose. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Villeray – Parc Ex – Petite-Patrie.

Articles récents du même sujet