À celle qui m’a fait manqué mon arrêt

Je suis monté à bord du 18 Beaubien Ouest de 7 h 45. Tu souriais ; ton sourire ne s’adressait pas à moi, je n’en fus que la victime collatérale. Depuis, je ne dors plus, je ne mange plus, je ne rêve même plus ; au lieu, je pense à toi. Sur les parois de ma cervelle brûlée par ton irradiance, ton image s’est fixée. Tu montes en flammes dans la nuit solitaire de mon esprit. L’espoir de t’arracher un sourire confiné à l’utopie. Pourtant, un signe de toi et j’aurai le courage de me ressaisir. Alors, j’oserai t’aborder. Ou pas. / PS. – C’est qui le gars qui t’accompagne tous les matins et qui t’embrasse avant de descendre ? Ton frère ? Un ex ?

Balthazar Tableraze jr,