À vous que j’aime contempler de loin

Il y a près d’un an, j’ai trouvé le courage de vous arrêter un matin pour vous dire à quel point je vous trouvais belle. Je vous ai revu lundi matin, monter dans le train de 7h43 à Ste-Dorothée, et vous étiez tout simplement magnifique! Au point tel que je n’ai presque pas été capable vous regarder tellement je vous trouvais sublime.
L’an dernier, quelques jours après vous avoir abordé, vous m’avez arrêtez à votre tour alors que nous descendions l’escalier menant au train. Je n’ai pu que bredouiller quelques mots et je suis parti. Je m’en excuse, votre beauté me fait perdre tous mes moyens. Ne vous en faites pas, je ne suis pas bien méchant. Je souhaite tout simplement que vous soyez heureuse.
Sincèrement!

Quelqu’un qui aimerait avoir le courage de vous aborder de nouveau,