Réponse à un message du 2 mars

En voulant relire un message que tu m’as envoyé le 5 février, je suis tombé sur un message daté du 2 mars, qui indique, s’il m’est bien destiné (et je crois que oui), que je t’ai transformé à mon tour. Si c’est le cas, j’espère sincèrement que c’est positivement. Parce que dans mon cas, ça l’est vraiment!
Tu indiques aussi que certaines situations t’ont laissé perplexe et que tu as de la misère à me cerner. Je peux le comprendre. J’ai toujours une retenue face à toi, de peur d’être harcelant ou dérangeant, alors que peut-être je ne devrais pas hésiter à être plus fonceur. Mais aussi de ne plus douter, comme tu me le proposes.
Ce n’est pas tant de te faire confiance qui m’est difficile. C’est plutôt de ME faire confiance. D’avoir le courage de t’aborder avec ce que je ressens vraiment, même si je te connais encore peu. Sans anticiper ta réaction et accepter celle-ci, quelle qu’elle soit.
J’ai aussi remarqué qu’il y a beaucoup d’interférences dans cette rubrique. Je pense parfois à connecter avec toi via Facebook. Je me retiens toujours par crainte d’envahir ton espace privé. Si tu as une autre suggestion, je suis bien sûr ouvert. Et mon invitation à aller prendre un café tient toujours.

Celui qui se dépasse un peu plus chaque jour grâce à toi,