Monde

Le Kenya tient sa deuxième élection présidentielle malgré de fortes tensions

Police aim their weapons as they patrol during clashes in Kibera slum in Nairobi, Kenya, Thursday, Oct. 26, 2017. Kenyan police on Thursday fired tear gas at stone-throwing protesters in some opposition areas after the start of Kenya's second presidential election since August, reflecting bitter divisions in a country whose main opposition leader urged his followers to boycott the vote. (AP Photo/Darko Bandic) Photo: AP Photo/Darko Bandic

NAIROBI, Kenya — Le Kenya tient jeudi sa deuxième élection présidentielle depuis le mois d’août même si le leader du principal parti de l’opposition, Raila Odinga, appelle ses partisans à boycotter le scrutin.

À l’ouverture des bureaux de vote, les électeurs semblaient moins nombreux que lors de la dernière élection du 8 août.

Des médias locaux rapportaient également que des partisans de l’opposition empêchaient le bon fonctionnement de certains bureaux de scrutin.

Le vote de jeudi constitue une reprise de celui du 8 août, dont le résultat avait été annulé par la Cour suprême du Kenya en raison d’«irrégularités et illégalités».

Le dernier scrutin avait été remporté par le président sortant, Uhuru Kenyatta, qui exhorte les Kenyans à voter, mais aussi à respecter ceux qui ne le font pas.

Le leader de l’opposition, Raila Odinga, estime que le nouveau vote ne sera pas crédible et accuse le président sortant de faire glisser le pays vers un régime autoritaire.

Articles récents du même sujet