Monde

Trump impose «les sanctions les plus sévères jamais imposées» à l’Iran

Trump impose «les sanctions les plus sévères jamais imposées» à l’Iran
Photo: AP Photo/Alex BrandonLe président Donald Trump

Iran: les États-Unis ont annoncé vendredi de nouvelles mesures contre la Banque centrale iranienne et le fonds souverain de Téhéran pour «financement du terrorisme», présentées par Donald Trump comme les «sanctions les plus sévères jamais imposées à un pays».

«On vient juste de sanctionner la banque nationale d’Iran. Cela vient juste de se faire», a lancé le président américain dans le Bureau ovale. «Il s’agit de leur système bancaire central, et c’est des sanctions au plus haut niveau.»

À ses côtés, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a expliqué qu’il s’agissait de cibler «la dernière source de revenus de la Banque centrale d’Iran et du Fonds national de développement, c’est-à-dire leur fonds souverain qui sera ainsi coupé de notre système bancaire».

«Cela signifie qu’il n’y aura plus d’argent qui ira aux Gardiens de la révolution», l’armée d’élite du pouvoir iranien, «pour financer le terrorisme», a-t-il ajouté.

Ces nouvelles mesures punitives viennent dans le sillage des attaques de samedi dernier contre des installations pétrolières en Arabie saoudite qui, selon Washington, ont été menées par les Iraniens, ce que Téhéran dément. Le président américain avait annoncé dès jeudi que de nouvelles sanctions étaient imminentes, dans le cadre de représailles.

Dans le détail, le Trésor américain vise désormais la Banque centrale iranienne et le fonds souverain de l’Iran pour avoir «fourni des milliards de dollars aux Gardiens de la révolution, à sa Force Qods» chargée des opérations extérieures, «et à leur allié terroriste, le Hezbollah» libanais. Ces trois entités sont classées comme «organisations terroristes» par Washington.

La Banque centrale ainsi que l’essentiel des établissements financiers iraniens sont déjà frappés par des sanctions américaines depuis novembre 2018, après le retrait des États-Unis, décidé par Donald Trump, de l’accord sur le nucléaire iranien.

Certains «faucons» de Washington plaidaient toutefois pour que les motifs des sanctions contre la Banque centrale, jusqu’ici liés aux activités nucléaire de Téhéran, soient élargis au financement du terrorisme, afin que ces mesures soient plus difficiles à démanteler en cas d’élection en 2020 d’un président démocrate davantage enclin à renouer le dialogue avec l’Iran sur la question atomique.

Le gouverneur de la Banque centrale d’Iran a lui déjà été personnellement placé en mai 2018 sur la liste noire américaine pour financement du terrorisme.