Monde
10:00 19 décembre 2019 | mise à jour le: 19 décembre 2019 à 10:09 temps de lecture: 3 minutes

Allemagne: une grande partie des services Uber bannie du pays

Allemagne: une grande partie des services Uber bannie du pays
Photo: iStock

Un tribunal de Francfort a interdit jeudi à Uber l’exercice de son activité de transports de voyageurs via son système de location de voitures, bannissant ainsi l’essentiel des services de l’entreprise en Allemagne.

Selon le tribunal, la plateforme bafoue «plusieurs règles du droit de la concurrence» dans le cadre de son activité d’intermédiaire entre ses chauffeurs et des entreprises de location de voiture.

L’entreprise californienne aurait dû demander «une licence», dans la mesure où elle est «plus qu’un simple intermédiaire» et exerce de facto l’activité de location de voitures, indiquent les juges.

Pour les magistrats, Uber se comporte en effet comme une entreprise de location de véhicules. Elle se «présente auprès de ses clients comme un prestataire de service», «choisit concrètement le chauffeur» et «décide du prix», précise le tribunal.

Climat défavorable en Europe

En 2015, la justice allemande avait déjà interdit à l’entreprise américaine de faire appel à des chauffeurs privés disposant de leur propre véhicule mais exerçant sans licence.

Pour contourner cette nouvelle réglementation, l’entreprise avait fait massivement appel à des entreprises de location de voitures pour continuer à proposer ses services dans le pays.

Cette décision «équivaut à interdire, dans les conditions actuelles, l’essentiel des activités de Uber en Allemagne», explique Isabel Jahn, porte-parole du tribunal de Francfort à l’AFP.

Les chauffeurs louant eux mêmes, sans lien avec l’entreprise, leur voiture pourront seuls continuer à proposer leurs services.

La Cour fait par ailleurs état de manquements par les chauffeurs de Uber à l’obligation imposée aux VTC par la loi allemande de «retourner à leur siège entre chaque course».

L’application du jugement est «immédiate». L’entreprise californienne peut toutefois faire appel.

Le tribunal de Francfort avait été saisi par «Taxi Deutschland», un syndicat réunissant plusieurs organisations allemandes de taxis.

Depuis plusieurs mois, l’entreprise californienne fait face à un climat politique et judiciaire défavorable contre ses services en Europe, accusés d’entorses au droit de la concurrence.

La plateforme de voitures avec chauffeurs Uber a été condamnée en décembre en France pour «concurrence déloyale», au détriment de la société de VTC Viacab, selon un jugement rendu par la cour d’appel de Paris.

À Londres, Uber a vu son permis suspendu par les autorités en novembre.

Articles similaires

02:30 18 janvier 2016 | mise à jour le: 4 février 2016 à 10:53 temps de lecture: 6 minutes
Taxi vs Uber