Monde
11:41 11 janvier 2020 | mise à jour le: 11 janvier 2020 à 11:41 temps de lecture: 2 minutes

Retraites: le gouvernement français «disposé à retirer» la mesure la plus contestée de sa réforme

Retraites: le gouvernement français «disposé à retirer» la mesure la plus contestée de sa réforme
Photo: Lionel Bonaventure/AFPDes manifestants étaient dans les rues samedi pour s'opposer à la réforme des retraites en France.

Le gouvernement français est «disposé à retirer» de son projet de réforme des retraites la mesure incitant à travailler jusqu’à 64 ans, unanimement rejetée par les syndicats, a indiqué le premier ministre Edouard Philippe dans un courrier adressé samedi aux organisations syndicales et patronales.

Le chef du gouvernement avait promis de faire une annonce dans la journée pour tenter de mettre un terme à la grève qui paralyse les transports, notamment en région parisienne, depuis cinq semaines.

Il précise néanmoins dans son courrier que les partenaires sociaux devront se mettre d’accord sur les mesures à mettre en oeuvre pour assurer l’équilibre financier du système des retraites en 2027 faute de quoi cette mesure pourrait être réinstaurée.

Cet «âge pivot» de 64 ans était la mesure la plus contestée du projet de réforme des retraites. Il visait à inciter progressivement les Français à partir à la retraite à 64 ans, sous peine de se voir infliger un malus, alors que l’âge légal de départ est actuellement fixé à 62 ans.

Cette mesure est une ligne rouge pour tous les syndicats et notamment le premier d’entre eux, la CFDT, pourtant favorable au principe de la réforme voulue par le gouvernement d’un régime universel par points.

Ce syndicat réformiste a «salué» samedi dans un communiqué «le retrait de l’âge pivot du projet de loi sur les retraites», qui marque à ses yeux «la volonté de compromis du gouvernement».

La CFDT «va poursuivre les discussions dans le cadre proposé pour répondre aux interrogations qui demeurent sur le futur régime universel», écrit-elle.

Patronat et syndicats doivent désormais s’engager dans une conférence sur l’équilibre et le financement des retraites, qui devra remettre ses conclusions «d’ici la fin du mois d’avril», a réclamé le premier ministre.

S’ils ne parviennent pas à cette date à trouver les mesures permettant d’assurer l’équilibre du système, le gouvernement reprendra la main, a-t-il averti.

«Je veux être parfaitement clair sur ce point: je prendrai mes responsabilités», a insisté M. Philippe.

Reste à savoir si ce compromis suffira à mettre fin au mouvement de grève. Les syndicats à la pointe des protestations – la CGT et FO – réclamaient pour leur part le retrait pur et simple du projet de réforme des retraites.

Articles similaires