Monde
09:12 2 avril 2020 | mise à jour le: 2 avril 2020 à 14:06 temps de lecture: 4 minutes

Coronavirus: 10 000 morts en Espagne, les chiffres chinois mis en cause

Coronavirus: 10 000 morts en Espagne, les chiffres chinois mis en cause
Photo: Guillermo Santos/NurPhoto via Getty ImagesUne patiente atteinte par le coronavirus attend de se faire soigner à Madrid

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de coronavirus dans le monde, avec notamment l’Espagne qui compte désormais 10 000 décès.

Au moins 944 032 cas d’infection, parmi lesquels 47 993 décès, ont été détectés dans 187 pays et territoires, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 11h GMT.

L’Italie compte officiellement 13 155 morts liés au coronavirus, l’Espagne 10 003, les États-Unis 5137 et la France 4032. Le cap des 1000 morts a été franchi en Belgique.

Plus de 500 000 contaminations ont été recensées en Europe, soit plus de la moitié des cas mondiaux.

Un bilan chinois sous-estimé?

Le renseignement américain estime, dans un rapport confidentiel remis à la Maison-Blanche et cité par l’agence Bloomberg, que le nombre de morts et de cas de contamination affichés par Pékin sont intentionnellement en-deçà de la réalité.

À ce jour, les chiffres officiels chinois s’élèvent à 3318 morts et 81 589 contaminations.

La Chine a donné son feu vert à un médicament à base de bile d’ours afin de traiter des patients victimes de la Covid-19, relançant la controverse sur le sort de ces plantigrades, immobilisés dans d’étroites cages où leur abdomen est perforé par un cathéter relié à leur vésicule afin d’en prélever la bile.

Le président brésilien Jair Bolsonaro a présenté ses excuses après avoir partagé sur les réseaux sociaux une vidéo évoquant de manière erronée une pénurie alimentaire sur un marché de gros, prétendument causée par le confinement dû à l’épidémie.

M. Bolsonaro est très critique envers les mesures de confinement prises par les principaux États brésiliens.

Des masques commandés en Chine par la France sont rachetés en cash par les Américains sur le tarmac des aéroports chinois avant le départ des avions de livraison, a déploré le président de la région française du Grand Est, particulièrement touchée par l’épidémie.

Le coronavirus pèse sur l’emploi en Espagne

«Je vous présente mes excuses», a écrit la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, à destination des Italiens, exprimant ses regrets pour le retard de réaction de l’Union européenne face à la pandémie.

Dans la foulée, la Commission a proposé de créer un instrument pour garantir jusqu’à 100 milliards d’euros (150 G$) les plans nationaux de soutien à l’emploi mis en place.

L’Espagne, où s’applique un strict confinement de la population, a enregistré en mars 302 265 nouveaux demandeurs d’emploi en raison de la crise imputée au coronavirus. Selon la presse espagnole, il s’agit de la plus forte hausse jamais observée.

Au moins 3,84 milliards de personnes, soit plus de 49% de la population mondiale, sont appelées ou contraintes par leurs autorités à rester chez elles, selon un comptage réalisé jeudi à partir d’une base de données de l’AFP.

Aux États-Unis, environ 85% de la population est désormais confinée.

En Afrique, l’Erythrée a décrété un confinement de 21 jours et la Sierra Leone un confinement de trois jours à partir de dimanche. Le Togo a instauré un couvre-feu.

Alors que la province chinoise du Hubei et sa capitale Wuhan, berceaux du coronavirus, se rouvrent progressivement au monde, le comté de Jia, au centre de la Chine, a mis ses quelque 600 000 habitants en confinement après la découverte d’un cas.

Un camp de migrants près d’Athènes a été placé en quarantaine, après la découverte de 21 cas. Une réfugiée vivant dans le camp de Ritsona avait été testée positive après son accouchement, conduisant les autorités à retracer ses contacts à l’intérieur et à l’extérieur du camp.

Le président philippin Rodrigo Duterte a demandé aux forces de l’ordre d’abattre toute personne à l’origine de «troubles» dans les régions placées en confinement.

Des propos rapidement tempérés par des responsables philippins, le chef de la police assurant que les policiers ne tireraient pas sur les fauteurs de trouble.

Articles similaires