Monde
11:06 20 avril 2020 | mise à jour le: 20 avril 2020 à 11:06 temps de lecture: 3 minutes

La France assouplit le confinement dans les établissements pour personnes âgées

La France assouplit le confinement dans les établissements pour personnes âgées
Photo: Veronique de Viguerie/Getty ImagesUne aide à domicile pour personne âgée à Pantin en France

En France, les aînés fragiles en confinement dans les établissements pour personnes âgées, où l’épidémie de coronavirus fait des ravages, retrouvent lundi leur droit aux visites, premier assouplissement accordé par le gouvernement de ce pays.

Les autorités françaises doivent jongler entre les impératifs sanitaires et socio-économiques sur la route du déconfinement progressif promis pour le 11 mai.

Ce droit de visite qui s’appliquera aussi pour les établissements accueillant les handicapés, s’effectuera à la demande du résident et dans des conditions «extrêmement limitées», avec un contact visuel autorisé, mais pas physique, a annoncé dimanche soir le ministre français de la Santé Olivier Véran alors que 45% de ces établissements pour personnes âgées (Ehpad) ont signalé au moins un cas de nouveau coronavirus positif.

Sur un total de 19 718 personnes fauchées par l’épidémie en France, 7649 morts sont à déplorer dans les Ehpad, selon le dernier bilan.

Dans un Ehpad de Mars-la-Tour (nord-est), 22 résidents sur 51 sont vraisemblablement décédés de la maladie de Covid-19 en deux semaines, a indiqué lundi la directrice de l’établissement, Stéphanie Rémiatte.

Le virus y a été «fulgurant: certains résidents n’étaient même pas symptomatiques et en deux heures» leur état de santé se dégradait fortement, a-t-elle dit. L’établissement avait pourtant interdit les visites des familles avant même la consigne gouvernementale et imposé un confinement strict à ses pensionnaires dès le 16 mars.

Malgré cette situation inquiétante, plusieurs spécialistes et associations de patients en France ont insisté sur la nécessité de rétablir des liens familiaux en soulignant que le confinement des personnes âgées pourrait mener à un état de détresse fatal.

Sommé par le président français Emmanuel Macron de présenter un plan de déconfinement avant la fin avril, son Premier ministre Edouard Philippe en a dessiné dimanche les grands principes, sans entrer dans les détails.

Une chose est claire: il n’y aura pas de retour à la normale avant de longs mois, mais il faut relancer un pays à l’arrêt depuis le 17 mars.

Le nombre de patients hospitalisés pour une infection au Covid-19 en France s’élevait dimanche à 30 610 dont 5744 patients dans un état grave en réanimation.

Sur les 395 morts annoncés dimanche soir, 227 sont décédés à l’hôpital, soit le nombre le plus bas de décès à l’hôpital depuis quatre semaines.

Ces statistiques traduisent la poursuite d’une «très lente décrue épidémique, mais le nombre de personnes hospitalisées reste très élevé», a souligné le ministre Olivier Véran.

Articles similaires