Monde
16:32 12 mai 2020 | mise à jour le: 12 mai 2020 à 16:32 temps de lecture: 3 minutes

Les États-Unis appellent l’Afghanistan et les talibans à «coopérer» après les attaques

Les États-Unis appellent l’Afghanistan et les talibans à «coopérer» après les attaques
Photo: Chip Somodevilla/Getty ImagesMike Pompeo

Les États-Unis ont condamné «dans les termes les plus forts» les attaques «épouvantables» qui ont fait près de 40 morts mardi en Afghanistan, tout en appelant le gouvernement et les talibans à «coopérer» pour ramener la paix.

«Les talibans et le gouvernement afghan doivent coopérer pour traduire les auteurs en justice. Tant qu’il n’y aura pas une réduction de la violence durable et des progrès suffisants vers un règlement politique négocié, l’Afghanistan restera vulnérable au terrorisme», a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo dans un communiqué.

Il a toutefois relevé que les talibans avaient «nié toute responsabilité et condamné les deux attaques» contre un hôpital de Kaboul et lors de funérailles d’un commandant de police dans la province de Nangarhar en Afghanistan.

Le groupe jihadiste État islamique a revendiqué cette dernière, sans mentionner celle de Kaboul.

«Pendant le mois sacré de ramadan, et alors que le Covid-19 reste une menace, cette double attaque est épouvantable», a estimé Mike Pompeo.

«Le peuple afghan mérite un avenir sans terreur, et le processus de paix en cours continue de représenter une opportunité cruciale pour que les Afghans se rassemblent et bâtissent un front uni contre la menace du terrorisme», a-t-il ajouté.

Les États-Unis ont signé le 29 février un accord historique avec les talibans après plus de 18 années de guerre.

L’accord a ouvert la voie au début du retrait progressif des forces américaines d’Afghanistan, qui doit s’échelonner jusqu’en juillet 2021.

Si Washington a commencé à se désengager, les contreparties ne sont pas toutes respectées: les talibans ont bien cessé leurs attaques contre l’armée américaine, mais ont redoublé de violence contre les forces afghanes, et les négociations de paix directes inédites entre les rebelles et le gouvernement de Kaboul, censées débuter le 10 mars, n’ont toujours pas commencé.

Quant aux forces de sécurité afghanes, le président Ashraf Ghani a annoncé mardi qu’elles allaient reprendre leurs offensives contre les talibans.

Malgré cette annonce qui risque de remettre encore un peu plus en cause le processus de paix, le Pentagone a assuré que Washington s’en tenait à son accord signé avec les insurgés.

«Conformément à l’accord, l’armée américaine va continuer à ne mener que des frappes défensives contre les talibans lorsqu’ils attaquent», a dit un porte-parole du ministère américain de la Défense, le lieutenant-colonel Thomas Campbell.

«Ce sera une route tortueuse et semée d’embûches, mais un accord politique est le meilleur moyen de mettre fin à la guerre», a-t-il insisté.

Articles similaires