Les grognonneries

Du bon service

Du bon service
Photo: Getty Images/iStockphotoWaitress carrying three plates with meat dish

J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour les gens qui travaillent au service à la clientèle. Si les réseaux sociaux – ce vox pop planétaire créé par des gens sous l’impression que ce serait une bonne idée si tout le monde pouvait donner son opinion sur tout en tout temps – nous ont appris quelque chose, c’est qu’interagir avec un grand groupe d’êtres humains est loin d’être facile. 

Ces types d’emploi du secteur tertiaire sont souvent payés au salaire minimum. Au Québec, de tous les gens travaillant au salaire minimum, c’est près de 9 sur 10 qui œuvrent dans le commerce de détail, l’hébergement ou la restauration. Et de ce nombre, 60% sont des femmes. Dans ces emplois, les horaires sont souvent irréguliers, la précarité est élevée et les conditions de travail sont difficiles.

On connaît tous des histoires de clients colériques, de patrons impossibles, de situations humiliantes, de mises à pied injustes qui affectent les gens travaillant dans ces domaines. Un ami qui était responsable des ventes dans un grand magasin de détail me disait récemment qu’un jour, son patron est venu le voir pour lui dire «qu’il était promu au titre de client». C’est de cette manière pour le moins colorée qu’on avait décidé de le congédier!

J’ai aussi beaucoup d’admiration pour ces personnes parce que la patience ne fait clairement pas partie de mes qualités. Cette chronique ne s’appelle pas Les Grognonneries pour rien. En outre, j’ai moi aussi travaillé comme serveur dans un resto assez chic, une expérience aussi courte que futile. J’étais dans la vingtaine et j’étais encore aux études. Je ne me rappelle pas comment j’avais eu la job, mais je sais que quelqu’un avait fait une erreur en me la donnant.

Lors d’une de mes premières journées, une dame pincée vêtue d’un long imperméable griffé et portant plusieurs bijoux aux mains et au cou s’était assise à une table de ma section. Elle avait ouvert son sac pour laisser sortir un chien minuscule de marque chihuahua. Je m’étais approché d’elle, un menu en main, et je lui avais dit poliment:

– Bonjour, madame. Malheureusement, nous n’acceptons pas les chiens.

– Comment ça?

– Euh, parce que c’est la politique du…

– Mon chien est très propre, vous saurez!

– Ce n’est pas ça, le prob…

– Et il est sûrement mieux élevé que toi, mon jeune insolent!

– …

À ce point, la dame criait et m’insultait carrément, avec des petites notes aiguës dans la voix, pendant que son chien me «zignait» la jambe et que les autres clients, amusés, constataient que c’était un souper-spectacle.

Puis est venue cette phrase assassine à laquelle je m’attendais :

– JE VEUX VOIR TON SUPÉRIEUR, IMMÉDIATEMENT!

– Sans problème, madame, je vais vous le chercher.

J’ai tourné les talons, je suis passé en cuisine, j’ai ramassé mes affaires et j’ai quitté le domaine de la restauration par la porte arrière, sans rien dire à personne.

Je m’en veux un peu d’avoir mis mes collègues dans le pétrin, ce jour-là. Je me console cependant en rêvant que la dame attend encore à sa table, 20 ans après mon départ, que le gérant vienne lui donner raison même si elle a clairement tort.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires