Tribune libre
18:33 8 juin 2020 | mise à jour le: 8 juin 2020 à 18:37 temps de lecture: 9 minutes

PL61: De l’urgence d’investir dans les effectifs plutôt que d’assouplir les exigences environnementales

PL61: De l’urgence d’investir dans les effectifs plutôt que d’assouplir les exigences environnementales

Le projet de loi 61 visant la relance de l’économie du Québec, présenté le 3 juin par le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor doit être amendé afin de renoncer à l’assouplissement des règles environnementales. D’autres solutions existent pour assurer une relance rapide: nous suggérons de commencer en misant sur le renforcement des effectifs au sein du gouvernement pour assurer une relance saine et durable qui tienne compte des enjeux sanitaires et écologiques auxquels nous faisons face.

Nous sommes inquiet.e.s des risques de destruction des milieux naturels et des impacts possibles sur les espèces à situation précaire qui pourraient découler de la mise en œuvre du projet de loi dans sa forme actuelle. Il est primordial de s’assurer que les actions de relance mises de l’avant ne mettent pas à risque les écosystèmes et la diversité biologique du Québec, pierre angulaire de notre résilience collective face aux enjeux sanitaires et écologiques. L’assouplissement des règles environnementales générerait des conséquences environnementales, sociales et économiques néfastes pour le Québec.

Par ailleurs, divers articles limitant notamment les débats parlementaires ou modifiant les délais de publication et d’entrée en vigueur des règlements nous inquiètent vivement. Il est essentiel de préserver les règles visant à assurer le respect de principes démocratiques de base et la participation citoyenne. La vie démocratique d’une société est un incontournable pour assurer une relance inclusive et réussie. Celle-ci ne devrait pas être sacrifiée au nom de la relance.

Nous reconnaissons le caractère exceptionnel de la crise sanitaire actuelle et la nécessité d’agir rapidement et efficacement. Nous sommes toutefois d’avis qu’il est possible et impératif de concilier relance économique et respect de l’environnement. Afin de favoriser l’accélération des délais associés au processus d’autorisation environnementale, nous proposons d’augmenter les effectifs du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Augmenter le personnel tout en s’appuyant sur le travail important déjà réalisé en matière d’analyse de la biodiversité et de planification territoriale permettrait d’allier protection de l’environnement et réduction des délais.

Les exigences environnementales en place au Québec représentent l’une de nos meilleures garanties d’assurer un avenir prospère, sain et stable. Une gestion responsable de la crise sanitaire et de la relance exige de remanier le projet de loi 61 à la hauteur de nos obligations envers les générations actuelles et futures.

ORGANISMES SIGNATAIRES DU COMMUNIQUÉ CONJOINT EN RÉACTION AU PROJET DE LOI 61

Geneviève Paul, directrice générale, Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE)
Alain Branchaud, directeur général, SNAP Québec
Colleen Thorpe, directrice générale, Équiterre
Diego Creimer, Responsable Affaires publiques et communications, Fondation David Suzuki
Jacques Létourneau, président, Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Dominique Daigneault, présidente, Conseil central du Montréal métropolitain-CSN
Daniel Boyer, président, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)
Sophie Paradis, directrice pour le Québec, Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada)
Leïla Copti, présidente fondatrice, COPTICOM
Martin Vaillancourt, directeur général, Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec
Catherine Duhamel, Directrice, Firme Impact Social, Montréal
Sylvain Gariépy, président, Ordre des urbanistes du Québec
Maryse Rousseau, vice-présidente, Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ)
La CEVES, La Coalition Étudiante pour un Virage Environnemental et Social
Suzann Méthot, ex-présidente, Comité d’examen et des répercussions sur l’environnement et le milieu social (COMEX)
France-Isabelle Langlois, directrice générale, Amnistie internationale Canada francophone
Dre Claudel Pétrin-Desrosiers, présidente, Association québécoise des médecins pour l’environnement
Nancy Bédard, présidente, Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)
Hugo Mailhot Couture, président, Association des biologistes du Québec (ABQ)
Paul MacLean, président, ÉEM Impact environnemental et social ltée
Jacques Brodeur, directeur, Institut de recherche en biologie végétale
Alain Saladzius, ing. président, Fondation Rivières
Rodrigue Turgeon, co-porte parole, Comité citoyen de protection de l’esker
Sébastien Brodeur-Girard, Gazoduq, parlons-en (GPE)
Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie, Greenpeace Canada
Carole Dupuis, porte-parole, Mouvement écocitoyen UNEplanète
Marc Nantel, porte-parole, Regroupement Vigilance Mines Abitibi-Témiscamingue (REVIMAT)
Rébecca Pétrin, directrice générale, Eau Secours
Catherine Gauthier, directrice générale, ENvironnement JEUnesse (ENJEU)
Valérie Lépine, co-coordonnatrice, Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec
Karel Ménard, directeur général, Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets
Marie Boirot, porte-parole, Rimouski en Transition
Priscilla Gareau, directrice générale, Groupe Ambioterra
Alexandre Warnet, porte-parole, Laval en transition
Gabrielle van Durme, coordonnatrice, Solon
Laura Charpentier, directrice générale, Coopérative de solidarité Miel Montréal
Maude Prud’homme, déléguée à la transition écologique, Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE)
Laure Waridel, écosociologue PhD et co-instigatrice de Mères au front
Henri Jacob, président, Action boréale
Johanne Dion, directrice, Montréal pour tous
André Bélisle, président, Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA)
Sylvia Oljemark, présidente, Le regroupement des citoyens de Saraguay inc.
Martin Poirier, porte-parole, NON à une marée noire dans le Saint-Laurent
Patricia Posadas, porte-parole, Prospérité Sans Pétrole
François Gagné, co-porte-parole, Coalition Anti-Pipeline de Rouyn-Noranda
André-Yanne Parent, directrice générale, Projet de la réalité climatique Canada
Guy Boudreau, membre, Comité Vigilance Hydrocarbures Lavaltrie
Michel Jetté, co-fondateur, GMob
André Beauchamp, ancien président 1983-1987, BAPE. Président 1999-2000, Commission sur la gestion de l’eau au Québec
Louis-Marie Kimpton, Comité Vigilance hydrocarbure Berthierville
Dominic Champagne, instigateur et porte-parole, Pacte pour la transition
Louise Morand, présidente, L’Assomption en transition
Sarah Girard, coordonnatrice, Mouvement d’éducation populaire autonome de Lanaudière
Odette Sarrazin, coordonnatrice, Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ)
Joyce Renaud, présidente, Mobilisation climat Trois-Rivières
Gaétan Lebel, vice-président, Association Sportive et Écologique de la Batiscan
Olena Zotova, présidente, La Planète s’invite en santé
Emmanuel Rondia, directeur général par intérim, Conseil régional de l’environnement de Montréal
Adrien Guibert-Barthez, co-porte-parole, Coalition Fjord
Élisabeth Patterson, avocate, Dionne Schulze s.e.n.c.
Jacques Tétreault, président, Comité des Citoyens et Citoyennes pour la Protection de l’Environnement Maskoutain.
Jonathan Brun, PDG, Nimonik inc.
Amélie Drainville, Comité vigilance hydrocarbures des îles du Lac-St-Pierre et porteuse d’espoir 2020 du Jour de la Terre Québec
Denise Laprise, porte-parole, Montmagny en transition
Patrick Provost et Thierry Lefèvre, Coordonnateurs, Regroupement Des Universitaires (DU)
Réal Lalande, Coordonnateur, Action Climat Outaouais (ACO)
Maxime Laporte, avocat, Président général de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal
Normand Grégoire, trésorier, Amis de l’environnement de Brandon
Gareth Richardson, président, Green Coalition/Coalition Verte
Lucie Sauvé, directrice, Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté, UQAM
Jonathan Théorêt, directeur, Groupe de recommandations et d’actions pour un meilleur environnement, GRAME
François Geoffroy, porte-parole, La Planète s’invite au Parlement
Pierre Foisy, porte-parole, Comité Vigilance Hydrocarbures des municipalités de la MRC de Maskinongé
Lyne Desnoyers, agronome
Marc Benoît, coordonnateur, Regroupement des organismes d’éducation populaire autonome de la Mauricie
Lucie Massé, porte-parole, Action Environnement Basses-Laurentides
Ginette Charbonneau et Gilles Provost, porte-paroles, Ralliement contre la pollution radioactive
Véronique Fournier, directrice, Centre d’écologie urbaine de Montréal
Hugo Thibaudeau Robitaille, associé, T2 Environnement
Éric Ferland, directeur général, Foire ÉCOSPHÈRE
Alison Hackney, Campbell Stuart, Al Hayek, et Patrick Barnard, directeurs, Fonds d’héritage pour l’Environnement
Jean-François Boisvert, président, Coalition climat Montréal
David Robitaille, professeur titulaire et avocat-conseil, Faculté de droit, uOttawa
Catherine Lussier, Organisatrice communautaire, Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)
Ken Wu, directeur exécutif, Alliance des Écosystèmes Menacés
Marie Saint-Arnaud, co-coordonnatrice, Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste et les enjeux énergétiques au Québec
Julie Corbeil, coordonnatrice, Table régionale des organismes volontaires d’éducation populaire (TROVEP) de Montréal
Normand L Beaudet, porte-parole, Coalition Alerte à l’enfouissement Rivière-du-Nord (CAER)
Richard Janda, professeur agrégé, Faculté de droit, Université McGill
Caroline Voyer, directrice, Réseau des femmes en environnement
Dimitri Roussopoulos et Isabelle-Anne Bisson, co-présidents, Sierra Club Québec
Mouvement citoyen Mères au front
Stéphanie Gauthier, présidente, Les Interieurs Belliss’Immo
Jesse Shapiro, professeur agrégé, Chaire de recherche du Canada, Sciences biologiques, Université de Montréal
Dominique Vigneux-Parent, coordonnatrice, Table ronde des OVEP de l’Estrie
Jennifer McKenna, coordonnatrice par intérim, Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean (MÉPAC SLSJ)
Nicolas Chevalier, porte-parole, Saut Montréal – Leap Montreal
Hugo Tremblay, professeur agrégé, Faculté de droit, Université de Montréal
Riccardo Bini, directeur, 4Everfood
Marc-André Noël, chargé de projets, Comité ZIP Jacques-Cartier
Eric Beaudoin, chargé projet pesticides et transition agricole, Vigilance OGM
Ali Khiri, designer de l’environnement, membre des Amis du Champ des possibles
Aurélie Sierra, sociologue de l’environnement, L’Atelier Social
Kim Marineau, biologiste, Biodiversité conseil
Gérald Domon, professeur associé, École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Université de Montréal
Anne Plourde, coordonnatrice, Coalition solidarité santé
Marie-Eve Paquette, co-coordonnatrice, Nourrir Notre Monde Haute-Gaspésie
Patrick Benoist, gestionnaire de projets et chargé d’affaires, Institut de recherche en biologie végétale
Jean-François Girard, avocat et biologiste
Mélanie Busby, membre, Mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville
Roxane L’allier, chargé de projet pour l’Association de mise en valeur du secteur Tourelle Ruisseau-Castor
Pascal Huynh, cofondateur, Le Villageois
Antoine Verville, directeur général, Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ)
Johanne Elsener, présidente, Québec Arbres
Alain Marois, vice-président à la vie politique, Fédération autonome de l’enseignement (FAE)

Articles similaires